LE DIRECT

On a enfin réussi à vendre du sable dans le désert…

1 min

Oui, enfin pas exactement mais presque. J’ai croisé lors de mes déambulations parisiennes hier, une boutique proposant de respirer de l’oxygène naturel. Pourquoi ne payerait-on pas pour respirer ? Si vous ne vous étiez jamais posé la question, c’est le moment.

Alors je m’empresse de le préciser, il ne s’agissait pas d’une boutique proposant de l’oxygène à des fins thérapeutiques, médicales, non, uniquement une échoppe proposant de respirer de l’air qui soit autre chose que l’émulsion de particules fines que l’on nous envoie désormais dans les poumons à jet continu. Il y a quelque chose d’effrayant dans l’apparition de ce magasin proposant de l’oxygène, un peu l’équivalent sous une forme pulmonaire de Soleil vert, ce film ou l’humanité se voit nourrir de tablettes de trucs, de trucs horribles, mais allez voir le film, je ne vais pas vous le « spolier »…

Dans deux générations si ça continue comme cela, on emmènera les enfants voir de drôles de trucs sous cloche que l’on appelle des arbres, les enfants seront tellement heureux de voir un vrai arbre, et alors ces chers bambins agiteront leurs tentacules et feront claquer leur branchies pour signifier leur allégresse.

En attendant, on nous propose donc de payer pour respirer, ne soyez pas pingres, il reste encore de l’air gratuit mais c’est irrespirable. C’est tout de même nouveau, on connaissait ceux qui pompaient l’air, ceux qui ne manquaient pas d’air, voici désormais ceux qui le vendent. Remarquez, on vend déjà de l’eau pure – signe que l’eau gratuite est impure – du soleil et de la lumière, pourquoi ne vendrait on pas de l’oxygène ?

Terminé l’air de rien, à partir de maintenant pour s’en mettre plein les narines, il faudra vider sa bourse pour remplir ses poumons.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......