LE DIRECT

Et vous Guillaume, que ferez-vous quand vous serez grand ?

2 min

Je sais ce que je ne veux pas être : je ne veux pas être « CHO », Chef happiness officer, Responsable du bonheur en entreprise, c’est le Parisien du jour qui m’apprend l’existence de ce métier.

Oui, oui, certaines entreprises embauchent des responsables du bonheur. Encore un emploi fictif allez-vous me dire, il est vrai que la notion est très à la mode ? Eh bien non, responsable du bonheur en entreprise ce n’est pas un emploi fictif. Vous pouvez embaucher votre conjoint pour qu’il le devienne, surtout si vous lui voulez du mal, parce que responsable du bonheur en entreprise c’est une mission impossible.

D’abord en premier lieu parce que sur votre lieu de travail, cela a été prouvé par de nombreuses études de sociologie du travail, le conflit, la grogne, la plainte ont des vertus intégratrices. Si vous voulez avoir des amis vous devez être mécontent. A contrario, vous pouvez être heureux mais alors vous serez seuls, vous serez heureux sur votre lieu de travail, et sur la porte de votre bureau vos collègues et anciens camarades écriront votre nouveau poste : loup ravi de la crèche, DGF, direction générale des fayots.

Mais ce n’est pas tout. La meilleure façon de rendre les gens heureux, Freud l’a suffisamment expliqué, c’est de rendre les autres malheureux. Plus précisément, rien ne sert d’être heureux si les autres le sont aussi, on est d’autant plus heureux que les autres sont très malheureux, c’est le principe de la fameuse schadenfreude chère à Sigmund. Dès lors, le responsable du bonheur en entreprise a une mission simple : virer tout le monde à l’exception d’une personne pour faire le bonheur de cette personne. C’est ainsi que le bonheur en entreprise pourra s’apparenter à un plaisir solitaire.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......