LE DIRECT
Nietzsche as a super hero

Je voudrais interdire certaines phrases…

2 min

Enfin, plus exactement, les déconseiller.

Nietzsche as a super hero
Nietzsche as a super hero Crédits : Talmoryair

Je ne crois pas raisonnable pour François Fillon - comme pour les autres candidats, mais enfin lui est plus exposé en ce moment - je ne crois pas raisonnable de citer la phrase du philosophe Frederic Nietzsche usée comme une rame de RER, « ce qui ne me tue pas me fortifie ».

Vous connaissez les plumes, les gens qui écrivent des discours, eh bien il leur arrive d’être fatigué. Et lorsqu’une strip-teaseuse veut se reposer, elle ne prend plus la peine de se déshabiller, elle se décrit. Lorsqu’une plume est fatiguée, elle n’écrit plus, elle cite. Et elle cite par exemple Nietzsche, « ce qui ne me tue pas me fortifie ».

Le problème de cette phrase, c’est d’abord qu’elle convient à tout le monde, de Ben Hur à Woody Allen en passant par François Fillon. Autrement dit tout le monde, du super héros à l’hypocondriaque, peut dire « ce qui ne me tue pas me rend plus fort ». Et puis cette phrase est de Nietzsche ; et Nietzsche honnêtement, c’est « clivant ». Bien sûr, le philosophe aimait l’art et l’antiquité grecque, mais son désir de surhomme ou ses diatribes contre ce « juif de Socrate » le rendent difficile à citer. Un politique cite pour accroitre sa popularité, surtout François Fillon pour qui la campagne n’est pas une partie de campagne. Pour Fillon, il faut du consensuel, invoquer Nietzsche qui s’en prend aux femmes, aux juifs et aux anglais, c’est un coup à faire immédiatement dévisser son cours de bourse. Franchement, vous imaginez Jacques Chirac citant Nietzsche ? Et pourquoi pas Bernard Arnault récitant du Alain Soral pendant qu’on y est ?

Alors, bien sûr, Nietzsche a ses adeptes – Fabrice Lucchini, par exemple – mais justement : l’auteur du Zarathoustra est le mini-short de la philosophie, il ne va pas à tout le monde, l’enfiler c’est risque de souligner son ignorance ou son manque de tact.

Citer un auteur consensuel, voilà la solution. Par exemple, emprunter une phrase au philosophe Alain, penseur à l’érotisme radical-socialiste… Tiens celle-ci par exemple : “Le doute est le sel de l’esprit.”

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......