LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des produits William Saurin exposés dans les bureaux du groupe Financière Turenne Lafayette, à Paris, le 14 décembre 2016

Le bon, est-ce le bien?

2 min

Oui, voilà un vrai sujet de bac philo: le bon, est-ce le bien? Ou son corollaire, le mauvais est-ce le mal? Un sujet auquel William Saurin répond aujourd’hui à sa manière.

Des produits William Saurin exposés dans les bureaux du groupe Financière Turenne Lafayette, à Paris, le 14 décembre 2016
Des produits William Saurin exposés dans les bureaux du groupe Financière Turenne Lafayette, à Paris, le 14 décembre 2016 Crédits : Eric Piermont - AFP

Car oui, on vient de l’apprendre William Saurin cuisinait aussi ses comptes, et, cela va vous surprendre, William Saurin ne réussissait pas à faire du gras. William Saurin mettait plein d’additif dans son cassoulet, c’est sûr, mais aussi dans son chiffre d’affaires, et c’est le scoop du Figaro, parce que William Saurin a fait de très mauvaises affaires dans les salades.

Difficile de faire du gras avec du maigre. Tant que William Saurin ne voyait pas un légume ou de la verdure, tant qu’il faisait de la saucisse et des fayots, tout mijotait, c’est lorsque William a essayé de faire light, a tenté de se convertir à l’orthodoxie alimentaire que la tambouille a commencé à attacher. William Saurin est donc une victime directe des bobos, de ces crypto-anorexiques, qui refusent d’ingérer le patrimoine de la France en boîte, William Saurin a dérapé sur la salade et fait une salade de bilan comptable parce que les Français ne mangent plus assez de son cassoulet, un cassoulet dont la recette est originale, et c’est effectivement le moins que l’on puisse dire.

La recette du cassoulet William Saurin est originale, elle a du être élaborée en collaboration avec l’immortel Jacques Borel, des petits chimistes, le génie civil de la France et peut-être aussi des transfuges d’Areva. Et mes chers auditeurs, puisque vous êtes en train de prendre votre petit-déjeuner, je ne résiste pas au plaisir un peu sadique de vous lire une partie des ingrédient du cassoulet William Saurin, fibres de pois – me demandez pas ce qu’est la fibre de pois, je n‘en sais rien - sel bon ça je vois, protéines de soja, gélifiant: E407a, stabilisants: E450, E452, conservateurs: E250, E316, protéines de lait, épaule de porc préparée en salaison, eau, sel (oui il y a a nouveau du sel), stabilisants: E451, E452, conservateur: E250. Si avec ça vous n’en reprenez pas une louche, c’est qu’encore une fois la France ne reconnaît pas le talent..

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......