LE DIRECT
Valéry Giscard d'Estaing quittant l’hôtel Matignon le 8 avril 1974.

Valery Giscard d’Estaing a été le dernier président moderne

2 min

Valéry Giscard d'Estaing avait gouverné la France de 1974 à 1981 - sept ans charnières puisque c’est à lui qu’échut le triste privilège d’achever les trente glorieuses et d’entamer les trente piteuses.

Valéry Giscard d'Estaing quittant l’hôtel Matignon le 8 avril 1974.
Valéry Giscard d'Estaing quittant l’hôtel Matignon le 8 avril 1974. Crédits : POIDS FICHIER/PIXELS/DPI /AFP - AFP

Et oui, VGE s’est éteint à l’âge de 94 ans hier soir (mercredi 2 décembre 2020). 

Il avait gouverné la France de 1974 à 1981 - sept ans charnières puisque c’est à lui qu’échut le triste privilège d’achever les trente glorieuses et d’entamer les trente piteuses.

1974 marquait non pas tant la fin de la croissance que la fin de la croyance en la croissance - l’idée que la productivité sauverait le monde. Entre 1974 et 1981, l’idée de modernité se brise, et les deux chocs pétroliers ne sont finalement que des artefacts, par rapport à un mouvement beaucoup plus profond. 

Entre 1974 et 1981, la Citroen DS cède la place à la SM, et la SM ne convainc pas, entre 1974 et 1981 le SICOB battait son plein, SICOB (Salon des industries et du commerce de bureau), avec en 1973 la présentation du Micral. Mais le SICOB c’était aussi et d’abord une collection d’ordinateurs hétérogènes incapables de se parler les uns les autres.

La France de Giscard ce fut aussi celle de l’achèvement de la Défense, celle du centre commercial des Quatre Temps, parce qu’à l’époque, on croyait encore que le bonheur était dans les marchandises, on pensait encore qu’il fallait aux hommes de vastes et modernes centres commerciaux. 

Le septennat de Giscard vérifia en tout point la prophétie d’Aron sur les désillusions du progrès, un questionnement que l’on peut résumer de la manière suivante : pourquoi le progrès progresse t-il sans que les hommes y croient encore, pourquoi la foi du charbonnier en la modernité s’est-elle muée en défiance relative sinon absolue ? 

VGE était le dernier des modernes avec ses manteaux en tweed et ses col roulés, une France ou plutôt trois France irréconciliables : la France économique, dominée par la question de la croissance ; la France politique, dominée par la question de l’égalité ; et enfin la France de la culture, dominée par la question de l’épanouissement. C’est au cours de ce septennat, que les Français se sont rendus compte qu’il n’était pas possible de conjuguer de conserve croissance, égalité et épanouissement, qu’il fallait faire des choix, des choix que nous sommes toujours incapables de faire. VGE a écrit « deux Français sur trois » parce  que lucide, il savait que «  trois Français sur trois » n’étaient pas d’accord.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......