LE DIRECT
Mike Bloomberg a mis fin à sa campagne pour l’investiture démocrate au profit de Joe Biden le 04/03/2020.

Bloomberg : immense superfail du super Tuesday

2 min

Mike Bloomberg a donc annoncé qu’il se retirait de la course à l’investiture démocrate aux Etats Unis…

Mike Bloomberg a mis fin à sa campagne pour l’investiture démocrate au profit de Joe Biden le 04/03/2020.
Mike Bloomberg a mis fin à sa campagne pour l’investiture démocrate au profit de Joe Biden le 04/03/2020. Crédits : Johannes EISELE - AFP

Il renonce après avoir claqué quelques centaines de millions de dollars, disons cinq cent millions de dollars, on ne va pas chipoter, pour un résultat parfaitement nul : c’est un immense superfail pour le super Tuesday. Jamais on n’avait dépensé autant d’argent par voix remportée à l’investiture démocrate. Sachant que Bloomberg a pris la course en cours, cela porte le coût de chaque voix remportée lors de la primaire à quelques dizaines de milliers de dollars. 

Et, pourtant, l’organisation électorale de Bloomberg est décrite par le New York Times comme l’une des plus parfaites au monde — elle permettrait d’envoyer des fusées sur Mars — une équipe de 2400 personnes choisies parmi les meilleures du pays, en moyenne payées deux fois plus chers que chez les concurrents démocrates. 

D’où cette question : ces 500 Millions ont-ils été dépensés en vain ? Eh bien non, ils ont été offert aux sciences sociales, c’est probablement le geste le plus généreux en faveur de la sociologie depuis longtemps. Ces 500 millions dépensés sans parvenir à faire bouger l’opinion rappellent une vérité connue depuis un immense sociologue américain aujourd’hui bien oublié, Paul Lazarsfeld. Ce sociologue, mort en 1976, avait parmi ses particularités d’avoir débuté sa carrière à la radio, travaillant sur la manière dont la radio influençait l’opinion. Et sa réponse était nette : si vous comptez influencer l’opinion en martelant un message, ne vous fatiguez pas, vous n’y arriverez pas. 

Bloomberg a dépensé 500 millions de dollars, il aurait pu en dépenser le double, cela n’aurait rien changé. Trump a remporté l’élection présidentielle en dépensant moins qu’Hillary Clinton. Cela ne signifie pas, bien sûr, que l’opinion n’est pas manipulable. En particulier, on doit à Lazarsfeld un modèle de manipulation de l’opinion dit « à deux étages ». Pour Lazarsfeld, les médias structurent les représentations des leaders d’opinion qui eux-mêmes peuvent influer sur le reste de la population…

Mais ces théories apparaissent aujourd’hui bien anciennes, rendues obsolètes par les réseaux sociaux… Et précisément il faut remercier Bloomberg d’avoir dépensé 500 Millions pour prouver qu’elles étaient encore d’actualité.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......