LE DIRECT
Un street-artiste indonésien réalise une peinture murale en pleine crise du Covid-19 à Tangerang, Indonésie, le 19 janvier 2021.

Et si on changeait de stratégie vaccinale ?

2 min

Eh bien oui, depuis l’apparition de la bête à picots il ne vous a pas échappé que toute idée – bonne et surtout mauvaise – finissait invariablement à arriver jusqu’à nous.

Un street-artiste indonésien réalise une peinture murale en pleine crise du Covid-19 à Tangerang, Indonésie, le 19 janvier 2021.
Un street-artiste indonésien réalise une peinture murale en pleine crise du Covid-19 à Tangerang, Indonésie, le 19 janvier 2021. Crédits : Demy SANJAYA - AFP

Aujourd’hui je suggère que l’on s’inspire de la stratégie vaccinale indonésienne telle qu’elle est présentée dans le Financial Times. Accrochez-vous : les Indonésiens ont décidé de vacciner en premier ceux qui ont le plus de likers et de followers sur Instagram et Youtube. Absolument. Prioritaire, en Indonésie, doit rimer avec populaire : plus vous êtes populaire plus vous serez prioritaire… On imagine donc que toute une série de gamers, influenceurs/ceuses, et autres participants de la téléréalité vont se retrouver avec une seringue dans l’épaule. Lorsque l’on évoquait le caractère indépassable de la célébrité – rien n’est plus précieux qu’elle aujourd’hui – on n’imaginait pas que la célébrité pouvait aussi devenir une condition d’accès aux soins, c’est donc chose faite grâce aux Indonésiens. Alors évidemment, je me moque, mais tout cela n’est pas aussi irrationnel qu’il y paraît, puisqu’il s’agit de combattre l’incrédulité des Indonésiens vis-à-vis du vaccin. A priori, 69 % d’entre eux ne voudraient pas de piqûre. D’où l’idée de faire appel aux peoples pour favoriser l’infection et la viralité. Finalement, c’est juste un cran au-dessus de ce qui est en France, où l’on a vu par exemple Michel Cymes, célèbre médecin télévisuel, se faire vacciner devant une caméra pour montrer l’exemple. Oui mais le cocasse c’est que ça montre tout sauf l’exemple. Immédiatement, le dit Michel Cymes a été soupçonné par quelques trolls de s’être fait injecter de l’eau salée, et il a dû réapparaître à l’écran pour jurer qu’on lui avait effectivement injecté un vaccin et pas du sérum physiologique, dénégation à peu près aussi efficace que la manucure avant amputation. Rien, absolument rien ne convaincra un « anti-vax » et certainement pas la vaccination en direct d’Elvis Presley ou de Marilyn Monroe. D’ailleurs vous allez rire, c’est la même chose en Indonésie où 1 % des Indonésiens font confiance aux peoples pour les informations qu’ils donnent sur le Covid-19. Comme quoi en vaccinant d’abord les peoples, on peut surtout se planter la seringue dans l’œil. 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......