LE DIRECT
La police israélienne tente de pénétrer dans l'église Sainte-Anne de Jérusalem : colère de Jacques Chirac le 22 octobre 1996 et colère d'Emmanuel Macron le 22 janvier 2020.

Emmanuel Macron s’est mis en colère hier

2 min

Oui et l’essentiel c’est l’endroit où il s’est mis en colère.

La police israélienne tente de pénétrer dans l'église Sainte-Anne de Jérusalem : colère de Jacques Chirac le 22 octobre 1996 et colère d'Emmanuel Macron le 22 janvier 2020.
La police israélienne tente de pénétrer dans l'église Sainte-Anne de Jérusalem : colère de Jacques Chirac le 22 octobre 1996 et colère d'Emmanuel Macron le 22 janvier 2020. Crédits : JIM HOLLANDER, Ludovic Marin / POOL - AFP

Cela s’est passé en Israël bien sûr, à Jérusalem, mais aussi et surtout dans l’église Sainte-Anne de Jérusalem, la première à droite en sortant de la Porte des Lions, l’une des portes de la vieille ville de Jérusalem, juste à côté de la Basilique de l’Ecce Homo. L’église Sainte-Anne de Jérusalem est un endroit merveilleux, au sens originel du terme, c’est là que sont nés, que serait née la Vierge Marie, Anne et Joachim auraient élu domicile la bas… Une église byzantine a été construite là-bas, au cours des premiers siècles après notre ère, laquelle église a été détruite par les Perses en 614 avant d’être reconstruite à plusieurs reprises… 

Si je vous dis cela, c’est parce que cet épisode d’Emmanuel Macron s’agaçant sur le thème « everybody knows the rules », illustre parfaitement la mémoire du lieu, la mémoire de l’histoire du lieu, des usages, et de sa construction légendaire… Emmanuel Macron, s’est répété en boucle depuis, s’est inscrit dans la mémoire légendaire de Saint-Chirac, Saint-Chirac aux prises avec la police israélienne. Emmanuel Macron a donc répété, sinon les gestes, en tout cas la langue et à coup sûr l’accent de Saint-Chirac. Et c’est cette remémoration collective qui fait sens surtout là-bas, car elle renvoie à l’un des plus grands ouvrages de sociologie historique, celui de Maurice Halbwachs, La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte

Maurice Halbwachs était un immense sociologue, élève de Durkheim, déporté pour fait de résistance, il est mort dans les bras de Semprun, à Buchenwald. On doit à Halbwachs cette idée simple et forte : pour se souvenir, il faut une mémoire collective, il faut des cadres sociaux, cela vaut pour la vie légendaire de Saint-Chirac, comme pour les lieux saints à Jérusalem qui construisent là-bas, dans cette ville que les uns appellent Jerushalaim et les autres Al Qods, un plan épouvantablement compliqué. Comme Halbwachs l’a écrit, « si certains souvenirs ne reparaissent pas, ce n'est point parce qu'ils sont trop anciens et qu'ils se sont lentement évanouis ; mais ils étaient encadrés autrefois dans un système de notions qu'ils ne retrouvent plus aujourd'hui ». 

Voilà pourquoi on se souvient de Saint-Chirac et pas de Sainte-Anne, la colère d’un président prime dans la mémoire collective sur l’adresse de la mère de Dieu. 

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......