LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Fête à Saint-Germain-Des-Prés - Juliette Gréco est entourée de Duke Ellington, Boris Vian...

Aujourd’hui le Saint-Germain-Des-Prés de Juliette Gréco fait partie des lointains…

2 min

Ce quartier de Paris est devenu méconnaissable. Les boutiques de vêtement de luxe ont pris la place des librairies, et même le drugstore Saint-Germain, ouvert en 1965, est devenu un lieu ou l’on vend de la sape et ou l’on mange des nouilles.

Fête à Saint-Germain-Des-Prés - Juliette Gréco est entourée de Duke Ellington, Boris Vian...
Fête à Saint-Germain-Des-Prés - Juliette Gréco est entourée de Duke Ellington, Boris Vian... Crédits : Keystone-France/Gamma-Keystone - Getty

Comment définir le Saint-Germain-Des-Prés que Juliette Gréco symbolise ? S’il fallait définir la singularité de ce lieu dans l’imaginaire français, il faudrait évoquer non seulement le lieu où les intellectuels étaient à la mode, mais le lieu où les intellectuels faisaient la mode. Voilà ce qui est particulier dans le mythe Gréco. Gréco, quel nom génial... L’association d’une femme où se confond la beauté et le tragique, peut-être aussi la beauté du tragique. Famille pourchassée, torturée et déportée par les nazis... Mais enfant rescapé, avec pour seul patrimoine, un ticket de métro parisien. 

Au sortir de la guerre, cette si jeune femme à la silhouette gracile a plus de souvenir que si elle avait mille ans. Elle n’a pas 18 ans à la libération de Paris, et pourtant elle va incarner à la fois la mater dolorosa et la femme fatale. Autour d’elle, une bibliothèque : le mythe Gréco, c’est d’être entouré de mille feuilles. Sartre, Beauvoir bien sûr, mais aussi Camus ou encore Vian... Gréco a accueilli entre ses bras l’existentialisme et l’existence, même si elle clamait qu’il n’y avait pas plus de « physique existentialiste que de coiffure nietzschéenne ou de maquillage hégélien ». 

Au lendemain de la guerre, Juliette Gréco ne fait pas la mode, elle est la mode. Elle va dans un café et c’est le café de Flore. Elle dort dans un hôtel et c’est l’hôtel de la Louisiane. Elle occupe la chambre 10, Miles Davis loue la 76 et bientôt la 10 et la 76 deviendront 86. Que Juliette Gréco pose son manteau sur la rampe de l’escalier d’un bistro, le manteau glisse et la cave du Tabou est née. C’est là que la ville danse, que le monde entier veut danser ! 

"Je faisais ce que je voulais" disait Gréco. "On me voyait danser avec Merleau Ponty, et j'entandais c’est quoi ce truc la ? Qui est cette fille ?". En ce temps-là, Saint Germain était un lieu joyeux et grave, grave puisque la mode sait qu’elle meurt jeune, à 93 ans.  

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......