LE DIRECT
Hommage à Maradona à Buenos Aires

Un hommage à Maradona

2 min

L’inventeur de la main de dieu est mort, et ce n’est pas Michel-Ange.

Hommage à Maradona à Buenos Aires
Hommage à Maradona à Buenos Aires Crédits : ALEJANDRO PAGNI - AFP

La main de Dieu, c’est cet improbable but marqué par Maradona, de la main - ce qui est interdit je crois au football - durant le quart de finale contre les Anglais, en 1986, lors de la coupe du monde au Mexique. 

Il n’y avait pas d’arbitrage vidéo à l’époque, et Maradona a avoué à demi le sourire aux lèvres, son forfait... Manière de rappeler que le hasard ne suffit pas, qu’il faut aussi parfois aider le hasard, et que pour aider le hasard, le talent n’est pas inutile. La main de Dieu a modifié l’épistémologie du football, les conditions de validité du talent footballistique, si vous préférez.

C'est une discipline que je me propose de développer. De nombreux penseurs s'y sont déjà essayés, notamment Tocqueville et Adam Smith. Car c’est évidemment au foot que Tocqueville pensait lorsqu’il insistait sur le rôle de la providence. Pour l’auteur de "De la démocratie en Amérique", la providence a des plans pour les peuples et pour les nations, mais aussi et surtout pour les footballeurs. A tous (à tous les peuples), écrit Tocqueville, ce sont les "secrets de la Providence qui leur permettront de tenir un jour dans leurs mains les destinées de la moitié du monde".

Mais c’est surtout Adam Smith qui s’est longuement penché sur le cas Maradona. Adam Smith, en imaginant le génie propre du marché – la main invisible - pensait évidemment au footballeur. La main invisible ? Celle de l’Argentin ! « Chaque homme est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n'entre nullement dans ses intentions ». Voilà ce qui a conduit Maradona à recevoir la main de Dieu, à devenir une sorte de Dieu, guidé par la volonté d’un peuple, sa main demeurant invisible pour marquer le but puisque à l’époque, il n’y avait pas d’arbitrage vidéo. 

Maradona restera à tout jamais le seul footballeur entré dans l’éternité grâce à sa main, une manière de jouer où jamais un joueur dans ce sport n’avait mis le pied - les gardiens de but mis à part, bien entendu… La main conduit le monde et son progrès. Pour le sociologue David Riesman, le monde moderne était marqué par un passage de la main invisible à la poignée de main. 

Maradona nous a quittés au moment où la poignée de main, pour cause de coronavirus, était renvoyée au vestiaire.  

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......