LE DIRECT
On a toujours besoin d'un plus grand que soi

On a toujours besoin d'un plus grand que soi

2 min

Mon fils a eu un nouveau téléphone portable à Noël. De mémoire, le précédent aura "tenu" 3 ans.

On a toujours besoin d'un plus grand que soi
On a toujours besoin d'un plus grand que soi Crédits : Philippe HUGUEN - AFP

3 ans, soit une éternité à l'échelle de la technologie des smartphones. La carte Sim par exemple, ce bout de plastique qui nécessite d'avoir des doigts de pianiste pour l'insérer sans l'endommager dans le compartiment prévu à cet effet, est devenue encore plus petite que les précédents modèles : de la normale, on est passé à la mini, de la mini à la micro, puis de la micro à la nano. C'est tout juste s'il ne faut pas utiliser une pince à épiler pour la manipuler

Ma faille, elle, s'est vu offrir des écouteurs sans fil. Comme son nom l'indique, l'écouteur sans fil se distingue de ses prédécesseurs par ce qu'il a en moins : à savoir des fils, qui pendouillent autour du cou. Ici, on est davantage proche de l'appareil auditif, ou plutôt du bouchon d'oreille. Bien logé dans le pavillon, il communique directement, en Bluetooth, avec la carte nano Sim de votre smartphone.

L'histoire de la technique, en particulier celle de l'électronique, se confond avec ce processus de miniaturisation. Les vieux films nous renseignent sur la taille des premiers ordinateurs : il fallait plusieurs mètres carré au début pour en loger un seul. Au fur et à mesure qu'ils se sont multipliés et ont gagné en puissance, ils ont rétréci. Et il en ca des ordinateurs comme des appareils pour propager le son : de l'inamovible TSF encastrée dans le mur du salon au smartphone et à ses écouteurs sans fil.

Cette course vers l'infiniment petit a pourtant quelques inconvénients. D'abord parce que dans le même temps, notre morphologie a peu évolué. A part me faire suer pendant 10 minutes, je ne vois pas très bien l'avantage qualitatif que représente la nano Sim sur la mini, déjà suffisamment petite.

Quant aux écouteurs, je viens de lire un article qui raconte qu'au Japon, un millier d'entre eux ont été retrouvés sur les voies du réseau ferré à Tokyo. Pour peu que l'appareil soit mal positionné dans l'oreille, il tombe par terre, et si c'est sur les rails, il y reste.

Le plus cocasse dans cette histoire, c'est qu'un des opérateurs du réseau ferroviaire japonais a confié à une société le soin de développer un aspirateur spécial, pour récupérer les écouteurs sans fil échoués sur les voies. Comme quoi, on a toujours besoin d'un plus grand que soi.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......