LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le couturier Kenzo Takada s'est éteint hier à l'âge de 81 ans

Hommage au couturier Kenzo

2 min

C’est certain Kenzo n’écoutera pas cet hommage… parce que le couturier Kenzo nous a quittés hier à l’age de 81 ans, cette saloperie de bête à picot a eu sa peau.

Le couturier Kenzo Takada s'est éteint hier à l'âge de 81 ans
Le couturier Kenzo Takada s'est éteint hier à l'âge de 81 ans Crédits : JOEL SAGET - AFP

Le couturier Kenzo nous a quittés hier, mais de toute façon il n’aurait jamais écouté cet hommage parce qu’il était d’une grande modestie dans un monde de la mode abonné au tout à l’égo, mais aussi et surtout parce que Kenzo détestait se lever, il n’aimait que la nuit et les petits matins. Il avait choisi Paris parce que Paris était une fête, sa patrie était de toutes les party, du Palace à chez lui, Kenzo avait longtemps habité un lieu parfaitement improbable, une sorte de jungle reconstituée, en plein Paris dans le quartier de la Bastille, une sorte d’aboutissement pour ce japonais débarqué du Cambodge, le paquebot qui le débarqua en France en 1965, ou il vécut au début fort chichement en vendant des croquis, 50 Francs le bout. 

La maison parisienne de Kenzo ressemblait à une jungle, et son premier magasin ouvert dans les années 1970 s’appelait Jungle Jap, proposant une collection qui brisait absolument tous les codes, partant des kimonos japonais et s’en éloignant bien vite. Car Kenzo était précisément le moins japonais des couturiers tandis que Yamamoto était tout en noir, Miyake tout en plissé pastel, Kenzo s’est fait connaitre au travers d’une explosion de couleurs, un hymne à la vie, des mannequins défilant avec le sourire, deux collections par an mais un printemps éternel, dans une mode qui bien souvent, assimilait le chic à l’austère, le luxe au cinquante nuances de gris. Il paraît que Kenzo pour sa première collection, s’est trompé de saison, il aurait présenté l’été en lieu et place de l’hiver, mais moi je n’en crois rien, je pense qu’il s’agissait précisément de son style, ne pas considérer que la mode devait se retenir et se corseter, faire des formes larges et des couleurs éclatantes. 

Les lieux de Kenzo ont d’abord été ceux chers au philosophe Walter Benjamin, les passages parisiens, dans la Galerie Vivienne, puis au passage Choiseul, mais Kenzo éclate Place de Victoires, dans le cœur du Paris de la mode, à une encablure du Sentier, quartier de la basse couture, pour créer l’une des boutiques les plus statutaires qui soit et les moins bourgeoises. Dans les années 1980 réussir ce n’était pas avoir une montre avant 50 ans, mais être en Kenzo à 30, porter un Jean Rouge orné de motifs d’Hokusai. Kenzo est mort hier, mais il est mort au printemps, parce que chacune de ses collections marquait le sacre du bourgeon gentilhomme.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......