LE DIRECT
Rayon surgelés

Vous aussi, vous achetez plus de surgelés ?

2 min

Il n’y a rien de plus émouvant pour un journaliste que de voir naître un marronnier, un petit marronnier, un gentil marronnier.

Rayon surgelés
Rayon surgelés Crédits : Getty

Je précise, le marronnier en question n’est pas un arbre, mais le nom que l’on donne dans le jargon journalistique à un sujet un peu tarte à la crème, que l’on va ressortir à date fixe, ou bien lorsque l’on est à court d’idées. Le marronnier est au journaliste ce que le joker est au joueur de carte. 

Aujourd’hui, ce sont nos collègues du Parisien qui ont pris leur RTT en titrant sur le grand rush vers les surgelés, un sujet qui depuis trois semaines - j’ai fait quelques recherches - connaît une véritable pandémie médiatique. J’ai vu naître les premiers sujets sur le boom du congélo au journal télévisé, sur BFM puis sur RTL, France Bleu... Bref tout le monde s’est mis au marronnier surgelé.

C'est un vrai sujet concernant qui permet d’évoquer l’actualité Covid en version moins anxiogène. Le congélateur nous change des masques, des PCR et même des vaccins. Je dis "même", puisque certains vaccins ont besoin non pas d’un congélateur mais d’un super-congélateur. 

Dans ces conditions, où est le problème ? C’est que les chiffres qui permettent de conclure à l’accroissement du rayon surgelés ne sont finalement pas si nombreux. C’est ainsi que dans les grandes surfaces alimentaires, il est question d’un progression de 11 % du rayon surgelés en 2020. Il existe un autre chiffre beaucoup plus vague, qui serait autour de 30 % d’augmentation des ventes de surgelés. Mais que faire d’un chiffre vague… 

En réalité, la vraie tendance en 2020 - et en 2021-, réside dans le fait que nous mangeons beaucoup plus chez nous. Au cas où vous ne vous en souveniez pas, il n’y a plus de restaurants... Et la vente à emporter ne représente qu’un faible pourcentage de la restauration traditionnelle. Les cantines sont fermées, ou inaccessibles, si vous êtes en télétravail. Même les enfants ont tendance à moins aller dans les cantines scolaires. Tout ça pour dire que le destin mirifique du surgelé est sans doute une tendance qui touche finalement tous les rayons alimentaires, sauf peut-être les pâtes et le riz, puisque je connais beaucoup de familles qui n’ont toujours pas éclusé le riz et les pâtes stockées à la faveur du premier confinement. 

Et voilà comment on peut faire de l’actualité chaude avec des surgelés, y compris quand il s’agit d’un peu de réchauffé. 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......