LE DIRECT
Courrier de déclaration des revenus.

Les français sont-ils exaspérés, exaspérés fiscalement ?

2 min

Eh bien oui, c’est la question qui se pose aujourd’hui au lendemain du grand débat, y a-t-il une exaspération fiscale aujourd’hui en France ?

Courrier de déclaration des revenus.
Courrier de déclaration des revenus. Crédits : Philippe HUGUEN - AFP

Alors on peut bien sûr en parler sur un coin de comptoir, au café du commerce, mais on peut aussi tenter d’avoir une approche précise des choses, car en matière d’impôts, il y a un indice précis, on l’appelle le VCR, le volontary compliance rate, ce que l’on pourrait traduire par le taux de consentement volontaire à l’impôt. Et oui les économistes mesurent chaque année la manière dont chaque nationalité se soumet volontairement aux impôts ou bien au contraire tente de s’y soustraire et les résultats sont quand même assez étonnants… 

En fait, en tête des pays où l’on accepte très largement de payer des impôts on trouve… les USA. Cela peut paraitre paradoxal, mais dans ce pays où l’état est réputé un ennemi, Washington est toujours trop gras — les Tea party ont bien montré que l’impôt n’était pas un sujet consensuel — et pourtant, le taux de consentement à l’impôt est l’un des plus élevés au monde : de l’ordre de 83 %. Un sondage réalisé en 2018 révèle que pour 88 % des Américains il n’est pas acceptable de tricher sur les impôts, petit paradoxe qui n’a pas empêché ces mêmes Américains d’élire un homme qui n’a probablement pas été toujours au clair sur ses impôts mais c’est une autre question… 

Donc un taux de consentement à l’impôt très élevé, tandis que l’Allemagne au contraire à un VCR, un taux de consentement à l’impôt très bas, 67 %, proche de l’Italie qui est dernier de la classe avec 62 %. Et la France, parce que vous vous demandez où est la France… Eh bien figurez-vous que pour un pays exaspéré fiscalement, nous sommes plutôt favorables à l’impôt : 75 % des français consentent à l’impôt, ce qui est très élevé, la Suisse se situe à 77 % et l’Autriche à 74 %... 

Tout cela pour dire que notre manière d’envisager la fiscalité, le Français dissimulateur, prêt à tout pour ne pas régler ce qu’il doit, c’est peut-être amusant sur le plan folklorique, mais ce n’est pas exact. D’où cette question : et si l’exaspération fiscale n’était pas tout simplement une question d’exaspération vis-à-vis de l’équité de ces impôts ? Et si ce qui posait problème ce n’était pas les impôts mais leur répartition ? Un détail qui change absolument tout, il faudrait créer un autre critère : le taux d’équité de l’impôt… 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......