LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un homme procédant à un achat en ligne

Faut-il prendre l’abonnement de trop ?

2 min

Tout ou presque peut aujourd'hui être pris sur abonnement : du gaz à l'airbag connecté, en passant par la musique...

Un homme procédant à un achat en ligne
Un homme procédant à un achat en ligne Crédits : Virojt Changyencham - Getty

Oui, je me suis posé la question pas plus tard que la semaine dernière, car figurez-vous qu’il existe des airbags pour moto, des gilets que vous enfilez et qui se gonflent en cas de chute ou de choc, c’est très utile quand vous sortez du parking de Radio France sans regarder... Donc un airbag moto, mais aujourd’hui l’airbag moto va avec un abonnement. Au lieu d’acheter le dispositif complexe qui analyse en permanence si vous avez rencontré un obstacle ou pas vous devez payer un abonnement d’environ 10 euros par mois. 

Or les modernes sont déjà blindés d’abonnements, et pas seulement au gaz et à l’électricité. Abonnement au téléphone portable, évidemment, mais aussi à un service de musique en ligne, à un service de VOD désormais, abonné à un service de jeux vidéos, un abonnement pour le vélo, mais aussi pour la voiture, ou bien pour les batteries de la voiture électrique… 

C’est probablement cela l’évolution du capitalisme, vous ne possédez plus rien, vous louez tout – et cela suscite ce que l’on nomme dans les pays anglo-saxons une « subscription fatigue ». Si vous y songez un instant vous verrez comment les abonnements ont envahi votre quotidien, abonnement au cloud pour sauvegarder vos données, abonnement à Amazon Prime, la moitié des ménages américains louent le droit d’acheter auprès d’Amazon, abonnement à des vestiaires privés, vous louez un certain nombre de tenues par mois, en permanence… 

Dans ces conditions, on comprend qu’un peu plus de la moitié des Américains affirment ressentir de la lassitude devant le nombre d’abonnements, près de 60 % ne comprennent pas pourquoi le contenu de leur vidéothèque ou discothèque est soumis à un abonnement, et un nombre grandissant d’entre eux refuse de prendre plus d’abonnements. Conscientes de ce souci, les sociétés s’apprêtent désormais à faire des bouquets d’abonnements, autrement dit des abonnements d’abonnements, la possibilité une fois pour toutes de s’abonner à tout, laquelle pourrait donner l’illusion que l’on s’abonne moins. Car la grande peur du capitalisme ce sont maintenant les abonnés absents, des personnes devenues incroyantes qui ne voudraient plus répéter en cœur "loué soit le capitalisme"…

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......