LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Galettes des rois

Apéro, galette, Saint-Valentin... Les effets qui poussent le gouvernement au reconfinement

2 min

Les occasions de rire étant trop rares ces temps-ci, les Français se gaussèrent largement ce week-end de "l'effet galette des rois".

Galettes des rois
Galettes des rois Crédits : Fred de Noyelle - AFP

Et cet effet inciterait à un prompt reconfinement... "L'effet galette des rois" vient après "l’effet apéro". Avant que l’on incrimine "l’effet goûter" - puisque le couvre-feu à 18 heures - vous avez encore la faculté de prendre le goûter. 

Quelques précisions sur "l’effet galette des rois" : après tout, ça n’est pas aussi évident que cela de comprendre de quoi il est question... Il y a seulement un an, un effet galette des rois aurait éventuellement évoqué la prise de gras sucré après les fêtes de fin d’année, voire la lassitude devant cette galette qui je dois dire m’a toujours laissé de marbre, mais enfin c’est un point de vue personnel… "L’effet galette des rois" laisse augurer les quelques autres effets qui peuvent encore être invoqués dans quelques semaines, "l’effet Saint-Valentin", généralement un effet limité à deux, "l’effet œufs de Pâques", beaucoup plus important, ou bien encore "l’effet pétard", je veux parler bien sur des pétards du 14 juillet. 

Reste que "l’effet galette" marque peut-être le chant du cygne de l’imagination normative. En l’espace d’un an, les remarques infantilisantes sur le relâchement et autres tours de vis, sont en train de disparaitre… C’est peut-être le signe que la philosophie de comptoir appliquée à la pandémie est progressivement abandonnée face à cet obstacle : on aimerait bien attribuer l’existence de la bête à picots à la jeunesse inconsciente ou aux vieux indignes mais on réalise que les choses sont un peu plus compliquées que cela… 

Tout cela renvoie au roman de Philip Roth, « Nemesis », où il était question d’une épidémie de polio, à Newark en 1944. Les personnages de Roth luttaient contre la polio à laquelle ils ne comprenaient rien, les uns à grands coups de jugements moraux, les autres à grand renfort d’eau de javel. Mais au bout du compte, ni les uns, ni les autres, ne parvenaient à troubler la « Nemesis », cette colère des dieux qui s’abat sur les humains coupables de démesure. Et à ce stade, il se pourrait bien que l’une des illustrations de cette démesure soit la croyance que nous comprenons tout dans cette pandémie. 

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......