LE DIRECT
Réunion virtuelle

Il y a pire que le travail et la réunion de travail...

2 min

... la télé-réunion de travail

Réunion virtuelle
Réunion virtuelle Crédits : Getty

Si le monde de l’entreprise était rationnel, cela se saurait. Mais heureusement pour leurs concurrents, les entreprises ne sont pas tenues de prendre les bonnes décisions, de travailler de manière efficace - et c’est tant mieux pour tous ceux qui exercent des “bullshit jobs”. La preuve de tout cela, pendant de longues années fut la réunion de travail. Mais depuis le confinement, beaucoup ont eu l’occasion de s’en rendre compte : pire que le travail, pire que la réunion de travail, il y a la télé réunion de travail. 

Le mot travail, c’est connu, a de vagues origines latines qui signifient torture. Il y a désormais un mot pour désigner le mot torture en anglais : "Zoom". Le Zoom, c'est l’ultime manière que les entreprises ont trouvée pour user leurs collaborateurs. Je vous ferais remarquer d’ailleurs que ces entreprises de démolition, depuis quelques années déjà, passent souvent via un programme - il y a eu la cruauté "Excel" où il fallait reporter le moindre fait et geste sur un tableur, puis le délire “Powerpoint”, où tout discours creux et inepte devait être illustré avec des slides infantilisants, et maintenant il y a "Zoom", où possibilité vous est donnée de retrouver les visages grimaçants et en contre-plongée de vos collègues dans une sorte de film d’horreur digne de vendredi 13. Sauf que ce vendredi 13 est diffusé qu'il soit lundi ou vendredi 13. 

Du coup, le confinement est dominé par un livre, "The surprising science of meetings", signé Steven Rogelberg, un livre qui est au monde de l’entreprise par temps de Covid ce que la méthode de rangement de Marie Kondo est à l’univers domestique. Steven Rogelberg, comme tous les consultants de génie, a compris qu’il y avait un problème avec les réunions, que tout le monde détestait les réunions, et qu’il pouvait vendre des milliers de livres de management en nommant un problème sans forcément trouver une solution. 

Ce qui est étonnant, c’est que ce sont d’abord les entreprises qui devraient haïr les meetings... Un cadre participe en moyenne à 12 réunions par semaine, chaque salarié s’en fade au moins 8. D’après le Financial Times le temps perdu en réunion se monte à 2500 euros par salarié… Mais puisque nous sommes lundi, je vous propose de monter des réunions pour essayer de voir comment l’on pourrait supprimer les réunions.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......