LE DIRECT
Incendie de Lubrizol à Rouen.

Qu’est-ce que Jacques Chirac aurait dit de la catastrophe de Rouen ?

2 min

Eh bien oui, j’imagine que la seule manière de pouvoir parler de la catastrophe Lubrizol à Rouen, c’est d’évoquer une déclaration de Jacques Chirac à ce sujet. Mais bien entendu, cela pose quelques difficultés pratiques…

Incendie de Lubrizol à Rouen.
Incendie de Lubrizol à Rouen. Crédits : YACINE MOUFADDAL / SDIS - AFP

Moins qu’on ne le pense toutefois, puisque figurez-vous que dans un cas semblable, en Septembre 2001, lors de la catastrophe AZF à Toulouse, le Président de la République s’appelait Jacques Chirac, tandis que le premier ministre, lui, se nommait Lionel Jospin. Et Jospin savait alors que son image était trop techno, pas assez proche des gens. Et lors de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse, il réussit à battre de vitesse le Président puisqu’il fut sur place dès le vendredi matin, où il en rajouta sur son ancrage local : « J’ai voulu venir ici immédiatement, d’abord parce que cet accident est dramatique, ensuite parce que c’est Toulouse et ma région » expliqua-t-il. Quant à Jacques Chirac, il parvint — en écourtant une rencontre avec le président sénégalais — à être sur les lieux de la catastrophe en début d’après-midi, un horaire parfait pour donner les images nécessaires aux journaux télévisés de 20 heures. Une fois arrivé, il insista sur son « impression [d’être] personnellement touché ». 

A plusieurs reprises, à la suite de la catastrophe AZF, mais aussi pendant la grande tempête qui toucha la France en décembre 1999, Jacques Chirac se montra beaucoup plus compassionnel que Lionel Jospin. Il faut croire que les politiques n’apprennent rien ou pas grand-chose, puisqu’aujourd’hui leur compassion est allée essentiellement vers un homme qui n’en a plus besoin, Jacques Chirac. L’on voudrait donner l’impression aux rouennais qu’ils sont abandonnés, on ne s’y prendrait pas autrement. D’autant que les déclarations relatives à la situation là-bas, sont parfaites pour nourrir les inquiétudes et le complotisme. Les analyses sont normales, mais la ville a été clairement polluée, explique la ministre de la santé, tout va bien, mais il ne faut pas consommer les fruits et légumes qui n’ont pas encore été récoltés, si vous nettoyez la suie, portez des gants, expliquent les pouvoirs publics, et enfin la situation est sous contrôle mais l’Agence régionale de santé demande aux habitants des hauts de France de signaler toute trace de suie. 

C’est dommage que Jacques Chirac ne soit pas né à Rouen, parce qu’au moins, on aurait tout dit sur sa ville natale.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......