LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
 Esther Duflo à la conférence de presse donnée au MIT de Cambridge, Massachusetts (USA) le 14 octobre 2019, suite à l'annonce du Prix Nobel d'économie.

Le prix Nobel d’économie

2 min

Esther Duflo est l’une des trois co-lauréates du prix Nobel d’économie… Et l’on s’en réjouit puisque c’est une économiste que l’on aime beaucoup sur France Culture, vous pouvez réentendre plusieurs de ses passages sur la chaîne.

 Esther Duflo à la conférence de presse donnée au MIT de Cambridge, Massachusetts (USA) le 14 octobre 2019, suite à l'annonce du Prix Nobel d'économie.
Esther Duflo à la conférence de presse donnée au MIT de Cambridge, Massachusetts (USA) le 14 octobre 2019, suite à l'annonce du Prix Nobel d'économie. Crédits : JOSEPH PREZIOSO - AFP

Et non on ne dit pas « prix Nobel d’économie », on devrait dire « prix de la Banque de Suède en sciences économiques », en mémoire d'Alfred Nobel puisque c’est le nom exact, mais bon on contracte un peu.

Alors, ce prix Nobel s’inscrit dans la lignée des autres prix Nobel d’économie attribués depuis 20 ans, de Robert Thaler à Daniel Kahneman, en passant par Thomas Schelling. Si vous voulez avoir le Nobel d’économie, votre travail doit aller dans deux directions : premièrement il doit être empirique — donc se baser sur des « faits réels » — et deuxièmement il doit être expérimental. Empirique et expérimental, voilà qui paraît à priori logique s’agissant d’une discipline, l’économique, qui a volonté de faire science. Quoi de plus normal en économie de procéder comme en physique, en étant pragmatique et en faisant des expériences. 

Oui mais non, cela marque quand même incontestablement un virage à 90 degrés dans la manière d’appréhender l’économie. Car pendant des décennies, on a considéré que les sciences humaines se distinguaient dans leur méthode des sciences physiques, qu’elles n’avaient pas être empiriques, et encore moins pragmatiques. Les œuvres de Keynes, comme celles d’Hayek — de la sociale démocratie à l’ultra libéralisme — sont pleines d’esprits animaux et de concepts grecs, leur but n’étaient pas de faire des expériences sur des êtres humains mais de conceptualiser le comportement humain, non pas de faire de la psychologie expérimentale mais de faire de la philosophie politique appliquée à un domaine, celui des biens rares, autrement dit de l’économie. Pour eux les sciences humaines ne pouvaient ni ne devaient aspirer à être des sciences exactes, tout simplement parce que dans le domaine humain, à la différence du domaine végétal ou minéral, les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets. Mais le scepticisme à l’égard de l’économie est tel qu’on a décidé de le guérir à grands coups de recherche empiriques, oubliant que le nom jadis de l’économie était économie politique. 

Politique, les politiques… Tiens une bonne expérience pour l’an prochain : mesurez de combien de centimètres le nez des politiques s’allonge lorsqu’ils prononcent le mot « pragmatisme ».

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......