LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Concept de graphique commercial

La vérité est-elle nécessairement mathématique ?

2 min

C'est le grand retour des chiffres.

Concept de graphique commercial
Concept de graphique commercial Crédits : Getty

Et ça recommence…

Eh bien ça dépend des jours. Parfois ça monte, parfois ça descend. Par exemple avant-hier c’était très haut, près de 5000. Et le lendemain, soit hier, beaucoup plus bas, un peu moins de 2000. Je parle bien entendu du nombre de nouveaux cas de coronavirus enregistrés par les tests effectués. Chaque jour, ce chiffre est commenté par les uns et les autres, un peu à la manière dont on nous a mille fois expliqué de ne pas le faire lorsque l’on est au régime, comme si l’on se pesait plusieurs fois par jour pour savoir si ça monte ou si ça descend. Ça monte, ça descend, personne ne sait si le virus a pris l’ascenseur mais notre raison en tout cas descend l’escalier, précédée un peu par notre moral, il faut le dire.  

Et c’est le retour de l’obsessionnel quantophrène, ce personnage un peu binaire tapi en chacun de nous qui pense que la vérité est nécessairement mathématique, que l’on aura épuisé la réalité du réel lorsqu’on l’aura quantifié. Un personnage qui connait beaucoup plus ses chiffres que ses lettres, il manie tous les chiffres mais dispose d’une épistémologie rudimentaire qui lui fait croire que la vérité est en dernière instance une suite de nombres. Et c’est ainsi que l’on agite à longueur de journée le nombre de tests positifs, le taux d’incidence, le R zéro et ce que vous voudrez, quand on pourrait mesurer la longueur de la file d’attente devant le laboratoire à côté de chez moi ou bien le nombre de minutes que ma tante a passées aujourd’hui sans croire être atteinte par une forme maligne du coronavirus. 

L’obsessionnel quantophrène s’occupait jadis du chômage. Souvenez-vous, il commentait la courbe qu’il voulait inverser. Il est désormais entièrement polarisé sur le nombre de nouveaux cas de coronavirus. Il compte les écouvillons et en tire des vérités générales sur l’univers. Face à cette litanie de chiffres informes, à qui il n’est pas aisé de faire prendre forme, on aimerait s’endormir en laissant l’obsessionnel quantophrène continuer son décompte, dormir du sommeil du juste et se réveiller uniquement lorsqu’il en sera arrivé à 65 millions. 

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......