LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
François-Xavier Bellamy

Le philosophe Emmanuel Kant a donc battu François-Xavier Bellamy

2 min

Absolument, je m’explique. Le conservatisme en France, rassemble peu d’électeurs, comme en témoigne l’échec du parti Les Républicains aux européennes, parti Les Républicains qui avait adopté une ligne conservatrice en prenant comme tête de liste le philosophe François-Xavier Bellamy.

François-Xavier Bellamy
François-Xavier Bellamy Crédits : Geoffroy VAN DER HASSELT - AFP

Alors, Bellamy est un homme estimable, avec lequel on peut être d’accord ou pas, François-Xavier Bellamy incarnait une ligne conservatrice, ce que certains ont appelé la droite Trocadéro, il avait notamment été choisi par Laurent Wauquiez pour faire le plein de cette droite-là : de la droite Figaro magazine, la France des Puy — du Puy-en-Velay au Puy-du-fou. 

Eh bien aujourd’hui on peut mesurer l’importance de cette droite conservatrice en France, aux environs de 8 % des votants. Aucun autre parti n’incarne le conservatisme en France, le Rassemblement National n’est pas dans ce registre, Patrick Buisson théoricien de la droite conservatrice l’a d’ailleurs suffisamment déploré, quant à La République En Marche elle ne chasse pas sur ces contrées. Les Républicains avaient donc le monopole du conservatisme et aujourd’hui, cette droite la, séparée de la droite orléaniste portée sur le libéralisme économique, cette droite-là rassemble moins d’un électeur sur 12. 

Alors pourquoi ? Eh bien voici mon hypothèse. La France est un pays laïc, et ça n’est pas seulement une question religieuse. La laïcité française, est directement héritée des Lumières kantiennes, et finalement aucun pays n’est aussi empreint de la doctrine du philosophe Emmanuel Kant, forgée au XVIIIe siècle, relative à la définition du bien. Pour Kant, la modernité, c’est l’indifférence à l’égard des formes substantielles du bien. La modernité pour Kant, c’est le moment où je ne peux pas dicter à autrui ce qu’est le bien, où je dois accepter que chacun en décide pour soi-même. D’où la difficulté de concilier ces visions d’une vie bonne avec des visions religieuses où c’est la religion qui décide de ce qu’est une vie bonne pour tous. Or, la position conservatrice incarnée par cette liste Les Républicains conduit mécaniquement à des enseignements en matière de mœurs, sur l’avortement, le mariage pour tous ou pas pour tous, la fin de vie avec l’affaire Vincent Lambert. 

Eh bien tout cela en France, ça ne fonctionne pas : seule une petite minorité de Français attendent d’un parti politique un programme de vie ou de mort, dans le cas de la fin de vie. Ou pour le dire autrement, les Français veulent de la morale en politique, et non des politiques qui leur dictent une morale. 

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......