LE DIRECT
Station de ski en Suisse. Collection : Gamma-Rapho

La Suisse, ce nouveau paradis des fraudeurs du ski

2 min

Depuis des décennies, la Suisse accueille les fraudeurs. Fraudeurs du Fisc jadis, fraudeurs du ski maintenant.

Station de ski en Suisse. Collection : Gamma-Rapho
Station de ski en Suisse. Collection : Gamma-Rapho Crédits : Bertrand RIEGER - Getty

Eh bien oui, la Suisse, depuis des décennies, accueille les fraudeurs. Fraudeurs du Fisc jadis, fraudeurs du ski maintenant. J’en vois qui ricanent déjà à gauche, en se disant que pour une fois, Davos va avoir mauvaise presse, puisqu’y aller, c’est renoncer à la solidarité nationale. 

Et l’on comprend bien ce qu’il y a de désespérant pour ces différents commerçants des stations de sport d’hiver française qui demeureront fermées à Noël, alors que les stations suisses ou espagnoles sont ouvertes. 

Il y a, bien sûr, rupture d’égalité, même si le gouvernement a lâché un étonnant, « les stations de ski pourront ouvrir mais pas les remontées », oubliant que les stations de ski en France, comme ailleurs, se distinguent de Disneyland en ceci qu’elles abritent des habitants - j’en connais qui font du reblochon par exemple, et les vaches ne sont pas soumises à des autorisations d’ouvertures ou de fermetures administratives. 

Donc les stations de ski seront ouvertes en France mais le ski fermé, tandis que la Suisse se targue d’être un paradis blanc. Après le refuge fiscal, le refuge tout court. Alors on aurait pu demander aux Français d’être solidaires, de ne pas mettre une spatule ailleurs - je ne sais pas moi une mobilisation des hauts revenus, puisque nous n’avons pas le droit d’aller à Courchevel, nous n’irons pas à Gstaad ou bien encore ce beau slogan que l’on pourrait populariser « Oui à l’ile Maurice, non à Saint Moritz ». Après tout, là il n’y a pas de concurrence déloyale. Au moment où je vous parle, rien ne vous empêche d’aller vous baigner le 31 décembre à Wimereux - ça fera rigoler les mouettes - alors pourquoi priver les hauts revenus d’une baignade dans les îles vierges de taxes. 

Oui mais voilà, la France est un pays sadique, où l’on aime surveiller et punir. Alors, plutôt que d’appeler les Français à la solidarité, Emmanuel Macron a évoqué des mesures dissuasives pour ceux qui iront skier ailleurs. Et là, j’avoue ma curiosité au sujet de ces mesures. Comment distinguer un skieur qui est allé frauder en Suisse d’un honnête promeneur qui est allé visiter la demeure de Calvin ? Va-t-on surveiller la marque des lunettes ? Des chiens policiers vont-ils être dressés pour traquer les après ski ? Alors quelles mesures dissuasives ? Une fois de plus, il se pourrait bien que la montagne accouche d’une souris.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......