LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Gerald Darmanin et  Eric Dupond-Moretti, lors d'un discours du Premier ministre Jean Castex le 25 juillet 2020 à Nice

L'ensauvagement par la racine

2 min

De BFM à Corbak Hood, en passant par Césaire.

Les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Gerald Darmanin et  Eric Dupond-Moretti, lors d'un discours du Premier ministre Jean Castex le 25 juillet 2020 à Nice
Les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Gerald Darmanin et Eric Dupond-Moretti, lors d'un discours du Premier ministre Jean Castex le 25 juillet 2020 à Nice Crédits : Yann COATSALIOU - AFP

Eh bien oui, il est parfaitement légitime de se poser la question. Puisque figurez-vous, selon un docteur en sciences du langage cité par BFM TV – je sais cette phrase est étrange – « sauvage » provient du latin « silva » qui veut dire la forêt. Le mot ensauvagement figure aussi dans un poème de Césaire, son Discours sur le colonialisme. Bref, toute la France s’est plongée dans la généalogie linguistique pour trancher la querelle entre deux ministres lexicographes Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur pro-ensauvagement, et Eric Dupond-Moretti, garde des Sceaux anti-ensauvagement. 

Et cependant, il y a un auteur que l’on a peu entendu, c’est Corbak Hood , alias le corbeau à capuche, lequel n’est pas un habitant des bois ensauvagés, mais un rapeur grenoblois. Figurez-vous que Monsieur Hood est probablement l’auteur de la fameuse vidéo où l’on voyait des armes et des dealers encagoulés, et donc ensauvagés, circuler dans le quartier du Mistral. Les images de cette scène d’une rare violence ont circulé un peu partout de YouTube à BFM, provoquant inévitablement un ministre de l’Intérieur décidé à ne rien céder face aux ensauvagés. 

Tout ceci a donné lieu à une descente de police lourdement filmée, suivie d’une polémique tout aussi lourdement filmée entre le maire de Grenoble, Eric Piolle et le ministre de l’Intérieur. Sauf qu’apparemment, ces scènes terribles étaient entièrement bidons, ou plus précisément, destinées à tourner un clip de rap, celui de la dernière chanson de Corbak Hood, un clip intitulé « Chicagre », « Chicagre » je ne sais pas si vous avez compris, à mon avis pas la peine de réveiller le docteur en sciences du langage cité par BFM TV – Chicagre dont voici un extrait, ça va vous aider à vous lever

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Alors bien sûr, il n’y a hélas pas que des clips dans la vie. Mais enfin celui-ci en était un et se terminait par ces mots. Les armes sont factices et les produits n’étaient que du CBD, seules les friandises sont vraies. Corbak Hood n'en finit pas de remercier les médias qui s’étaient émus de la violence à Grenoble. Et j’espère qu’il remerciera Les Matins puisque c’était le premier passage de Corbak Hood sur France culture. 

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......