LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les  "like", narcissisme quantifié.

Bientôt la fin des "like"

2 min

Oui, c'est une tendance de fond. Cela avait commencé sur Instagram, et c'est maintenant un autre réseau social qui y songe : Facebook a annoncé qu'il allait supprimer le compteur de "like".

Les  "like", narcissisme quantifié.
Les "like", narcissisme quantifié. Crédits : Patra Kongsirimongkolchai / EyeEm - Getty

C'est une demi hypocrisie puisqu'en fait le nombre de "like" va continuer à priori à être visible par le "liké" mais non par les autres utilisateurs du réseau social. Le "like", voilà donc l'ennemi, même si Instagram et Facebook ne vont pas jusqu'à supprimer le bouton "like". Ils considèrent que ce qui conduit le monde numérique vers le chaos, c'est la course aux "like", l'ensemble des actions inconsidérées que les individus sont prêts à commettre pour une poignée de "like" en plus, du selfie en tongs au sommet du Mont-Blanc jusqu'au commentaire racistoïde.

Pour les réseaux sociaux, supprimer les "like", c'est un peu comme si l'industrie de la mode décidait de supprimer les yeux, ou bien si l'on privait les Jeux Olympiques de podium. Car, au fond, les réseaux sociaux ne carburent qu'à une chose : au narcissisme quantifié, une association inédite dans l'histoire de l'humanité. Le narcissisme existe probablement depuis Lascaux, et je ne doute pas que nos glorieux ancêtres aimaient poser devant l’aurochs qu'ils venaient de peindre il y a une dizaine de milliers d'années. La quantification existe, elle, depuis Pythagore. Mais le narcissisme quantifié, cela c'est quelque chose de complètement 2.0. 

Les réseaux sociaux ont redonné souffle et vigueur à de bien vieux sentiments, dont la vanité, des sentiments pas forcément choisis parmi les plus reluisants, en leur permettant de se compter, non plus seulement pour savoir si l'on m'aime — cela, c'est aussi vieux que l'homme, cette bête aux joues rouges, comme le disait Nietzsche — mais savoir combien on m'aime. Et c'est ainsi que s'éclairent les sorties absolument étonnantes d'individus réputés majeurs prêts à surenchérir dans le raccourci, le simplisme, le demi bon mot, dans l'espoir de récolter trois followers et deux "like".

Il est peu probable que le fait de supprimer les "like" change quoi que ce soit à ce monde, on ne refroidit pas l'enfer avec un seau à glaçons. Rendez-vous dans quelques années, en espérant que d'ici-là, la société survive aux réseaux sociaux.

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......