LE DIRECT
Raclette, tartiflette et autres boites chaudes... La passion des français pour le fromage fondu crée une dégoulinade d'articles.

Pourquoi tant d’articles sur l’engouement pour la raclette ?

2 min

Vous aurez noté la dimension méta de cette question. On ne va pas s’interroger sur la passion des français pour la raclette mais tenter de comprendre pourquoi cela suscite tant de papiers.

Raclette, tartiflette et autres boites chaudes... La passion des français pour le fromage fondu crée une dégoulinade d'articles.
Raclette, tartiflette et autres boites chaudes... La passion des français pour le fromage fondu crée une dégoulinade d'articles. Crédits : CHRISTIAN MERZ/EPA/Newscom - Maxppp

Nous assistons à une dégoulinade de papiers consacrés à la passion actuelle des français pour le fromage fondu : la raclette, la tartiflette sans oublier bien sûr les boites chaudes, souvent du Mont d’Or fondu, un peu de vin blanc et hop : au four pendant 30 minutes. 

Cet engouement pour ces sommets caloriques m’incite à convoquer le Wall Street Journal et Max Weber.

Le Wall Street journal nous livre une information extrêmement précieuse : depuis le début de ce que vous savez, le nombre de retours sur Amazon a augmenté de 70%. Différentes raisons à cela : beaucoup de gens découvrent la livraison à domicile, les retours se font par la Poste parce que personne n’a envie de magasiner en ce moment… mais aussi parce que beaucoup d’entre nous ont changé de taille et ne le savent pas. Et le journal d’expliquer que les retours des vêtements s’expliquent notamment parce que nous avons forci grâce aux raclettes, tartiflettes, et autres boites chaudes. Cela permet de passer de 40 au 42 par exemple beaucoup plus surement que le salade de tofus et l’émincé de laitue.

Reste Max Weber qui me paraît devoir être dérangé pour donner son point de vue pour cette passion dévorante pour le fromage fondu et ses dérivés hypercaloriques. Dans une époque obsédée par son poids, ça n’est tout de même pas anodin. Et ça aussi Max Weber y avait songé lorsqu’il évoquait la querelle de dieux – rien à voir avec le Caprice des Dieux pour rester dans les spécialités fromagères. La querelle des Dieux chez Weber, c’est le signe que plusieurs valeurs s’affrontent dans les sociétés modernes et désenchantées. Nous sommes condamnés, prophétisait-il, à vivre dans des mondes de plus en plus clivés avec des oppositions frontales entre différentes visions du monde irréconciliables ».

Raclette ou tofu, voilà où nous en sommes. Le fait précisément qu’une partie d’entre nous face la guerre à sa balan ce n’exclue pas la passion qu’une autre partie de la société voue à cet instrument de mesure.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......