LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Tirs de gaz lacrymogènes devant le Palais Bourbon à Paris le 15 octobre 2019.

Pompiers contre policiers

2 min

Les gendarmes et les voleurs on connaît…

Tirs de gaz lacrymogènes devant le Palais Bourbon à Paris le 15 octobre 2019.
Tirs de gaz lacrymogènes devant le Palais Bourbon à Paris le 15 octobre 2019. Crédits : © THOMAS SAMSON - AFP

Mais hier, une scène plus inédite s’est déroulée, une scène que l’on pourrait intituler pompiers contre policiers, les pompiers manifestaient, une manifestation classique en bas de chez moi à Paris. L’inhabituel, c’est qu’il y avait des pompiers au sommet de la statue place de la République, des pompiers qui grimpaient sur les immeubles, ça c’est normal, mais des pompiers qui grimpaient pour protester, ça, ça l’est moins. 

Tout le monde aime les pompiers, comment peut-on ne pas aimer les pompiers ? Tout le monde aime les pompiers et cependant la manifestation s’est soldée par un affrontement entre pompiers et policiers à l’heure de la sortie de l’école, et je me demandais comment j’allais expliquer à une partie de ma progéniture, située précisément dans l’école voisine, pourquoi pompiers et policiers se tapaient dessus… pas évident. Même s’ils sont habitués aux manifestations, celle-ci avait un petit côté fin de partie, je ne dis pas fin du monde, l’expression est galvaudée, mais enfin des pompiers aux prises avec des policiers... Après tout est permis : les profs pourraient également s’affronter avec les médecins, les gaziers avec les électriciens— ça doit bien exister encore les gaziers — les pâtissiers pourraient être tentés de s’en prendre aux boulangers, les libraires aux marchands de journaux… Bref la guerre de tous contre tous. Je me suis dit que les journalistes de France Culture pourraient s’en prendre aux universitaires, comme nous en recevons beaucoup… 

Les policiers se battent contre les pompiers, ce n’est plus tout est permis comme en 1968, c’est tout est possible, le signe que désormais les urgentistes, ceux qui défendent la société en dernière ligne, peuvent se combattre les uns les autres. Je sais bien que notre société est moins violente, toutes les statistiques me le disent, et pourtant elle est beaucoup plus désunie, on  a la sensation qu’il est de plus en plus difficile de faire société, de réunir ce qui est épars… 

Dans Fahrenheit 451, le roman dystopique de Ray Bradbury, les pompiers allument les feux, vous savez ils mettent le feu aux livres, eh bien en France 2019, les policiers arrêtent les pompiers.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......