LE DIRECT
Ciel de nuit : constellation du Cygne.

Éteindre les lumières pour regarder le ciel

2 min

Cela fait combien de temps que vous n’avez pas regardé le ciel ?

Ciel de nuit : constellation du Cygne.
Ciel de nuit : constellation du Cygne. Crédits : Nasa - Getty

Oui, il est encore temps de lever les yeux au ciel puisque le jour se lève aux environs de 7h30 sur la France métropolitaine. Levez les yeux. Enfin, si vous êtes dans une grande ville, levez les yeux et vous ne verrez rien, c’est un peu « circulez, il n’y a rien à voir », sauf un gros bout de lune — puisque ce weekend c’était la pleine lune — mais pour le reste, le ciel des villes, grandes et moins grandes, est désespérément vide, la faute à une pollution sournoise mais réelle : la pollution lumineuse. 

Et, c’est paradoxal, puisque si le siècle des Lumières fut le siècle des Lumières, c’est peut-être parce que le ciel nocturne était un vrai ciel nocturne… C’est vrai que le ciel n’existe plus ou presque : on a plus de chance de croiser un chevreuil en plein Bordeaux ou en plein Paris que de voir une étoile, c’est à croire que quelqu’un s’est glissé dans le ciel pour les décrocher toutes.

Et si l’on demandait à voir les étoiles de nouveaux ? Voir les étoiles, parce que nous avons besoin de soleil, certes, mais on pourrait tout aussi bien avoir besoin de voie lactée. Dans ces conditions, pourquoi ne pas réclamer un droit à l’obscurité, ici et maintenant ? C’est par exemple ce que fait Razmig Keucheyan dans un livre intitulé Les besoins artificiels : pourquoi ne pas réclamer le droit au noir qui permettrait de contempler à nouveau les étoiles ? Une manière de transporter les villes à la campagne, puisqu’à chaque fois que je suis à la campagne, je suis frappé par la richesse du ciel, et, après tout, voir Jupiter cela vaut bien des paysages !

Ce n’est plus à démontrer, la lumière perpétuelle est une agression, c’est une manière de dérégler notre organisme, dit-ton, qui a besoin de ne rien voir à un moment pour se recaler. Voilà pourquoi on pourrait songer à demander une extinction des feux, pour toutes les raisons que l’on imagine d’ailleurs : les économies d’énergie au premier chef, mais pas uniquement. Demander d’éteindre les lumières simplement parce que c’est beau…

« Nos plus claires idées sont filles d’un travail obscur » disait Paul Valéry, alors éteignez les lumières, il ne fait pas encore jour.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......