LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Salle de cours de l'université d'Avignon - site Sainte Marthe.

La censure dans les Universités Françaises

1 min

Des cas de censure il y en a eu : Sylviane Agacinski empêchée de parler, François Hollande accueilli aux cris d’"assassin". Le sectarisme a toujours existé à l’université, mais notre époque a quelque chose de particulier dans son rapport à la censure.

Salle de cours de l'université d'Avignon - site Sainte Marthe.
Salle de cours de l'université d'Avignon - site Sainte Marthe. Crédits : Philippe Paupert - Radio France

C’est le débat du jour à la fois dans Libération et Le Figaro, "y a-t-il de la censure dans l’université ?" demande Libé. "Oui, il y en a" répond Le Figaro, et c’est l’œuvre de l’ultra gauche. Des cas de censure il y en a eu, Sylviane Agacinski empêchée de parler, François Hollande accueilli aux cris d’"assassin" notamment. Le sectarisme a toujours existé à l’université, depuis Paul Ricœur coiffé d’une poubelle jusqu’à Marcel Gauchet considéré comme persona non grata aux rendez-vous de l’histoire de Blois par des pétitionnaires, et effectivement, dans ce cas, ces actions venaient de la gauche. 

Mais il y a un trait d’époque dans cette critique-là. Car quand on y songe, la censure est un formidable aveu de faiblesse, elle signifie que l’on a si peu confiance en ses idées que l’on se dit qu’un mot de Sylviane Agacinski ou de Marcel Gauchet suffirait à troubler, et à convertir les esprits, bref que la seule manière de conserver le monopole du penser correct, c’est d’imposer le silence à ses adversaires. 

Voilà un signe supplémentaire de la faillite de la rhétorique. La rhétorique, c’est l’idée que l’on peut dialoguer avec ses adversaires les plus résolus, que l’on est suffisamment sûr de ses arguments que l’on n’hésite pas à en débattre avec ceux qui pensent autrement. La rhétorique est moribonde et je pense que Twitter n’y est pas pour rien, Twitter où la maxime dominante est « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites et je vais vous troller jusqu’au bout pour vous empêcher de parler », car les réseaux sociaux ont tout simplement fait disparaître toute idée d’argumentation, comme si finalement on en était réduit à échanger des insultes et des provocations, toutes choses qui peuvent participer à anéantir les opinions adverses mais certainement pas à convaincre. 

Et c’est cela le secret de la censure contemporaine, l’art de persuader s’est perdu et avec lui l’idée même que l’on pouvait persuader les individus, que les idées adverses n’étaient pas des maladies qui à la manière de virus pouvaient décimer votre camp. Ce qui s’est perdu là, c’est l’art de la discussion, autrement dit la possibilité de penser que chacun pouvait penser tout en pensant autrement, que l’on pouvait être sûr de ses convictions et ne pas redouter le dialogue.

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......