LE DIRECT
.

« 1 + 1 = 2 », l'humeur d'Hervé Gardette

1 min

À trop vouloir traquer les mensonges, ne finit-on pas parfois par leur donner une audience inespérée ?

.
. Crédits : Yellow Dog Productions - Getty

On attribue à l’écrivain Yvan Audouard, grande figure du Canard enchainé, la formule suivante : « une information plus un démenti, cela fait deux informations pour le prix d’une. Et c’est toujours la fausse qui reste dans les mémoires ».

Voilà à quoi me font parfois penser les débusqueurs de fake news et autres chasseurs de théories du complot, lorsque, dans un même élan, ils évoquent d’abord un fait dont j’ignorais tout jusque-là, pour expliquer ensuite qu’il s’agissait d’une infox, d’une fausse information. Étrange médecine qui consiste, dans le même geste, à livrer le poison et son antidote.

Prenons un exemple. J’apprends l’autre jour, en écoutant une de ces séquences à la radio, que Mauricette est décédée d’une crise cardiaque. Mauricette, vous savez : c’est cette septuagénaire devenue subitement célèbre pour avoir été la première en France à se faire vacciner contre le Covid-19.

Mal lui en a pris car le vaccin aurait précipité sa fin… sauf que pas du tout ! Fake news ! L’info, partagée par quelques dizaines d’internautes sur les réseaux sociaux, n’en était pas une. Mauricette va bien : ouf !

Je ne passe pas mes journées sur Twitter et Facebook, mais disons que je les consulte suffisamment pour qu’une rumeur, si elle prend vraiment de l’ampleur, n’échappe pas à mes radars personnels… à moins d’un complot contre ma propre personne visant à me tenir à l’écart de certaines infos.

Eh bien !, sans les chasseurs de fake news, je n’aurais jamais su que je devais me méfier de cette information dont je n’avais pas entendu parler. Sans eux, Mauricette ne serait ni morte, ni ressuscitée.

Attention, je ne dis pas que ce travail de rétablissement de la vérité n’est pas nécessaire, bien au contraire. Mais à trop vouloir traquer les mensonges, on finit parfois par leur donner une audience inespérée. C’est toute la difficulté de ce genre d’exercice, qui donne tout son sens à la formule d’Yvan Audouard : « une information plus un démenti, cela fait deux informations pour le prix d’une. Et c’est toujours la fausse qui reste dans les mémoires ».

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......