LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Sciences Po Paris.

Critères d’admission

2 min

Bourdieu aurait adoré ces deux histoires : une histoire de non-reproduction et une histoire de reproduction sociales.

Sciences Po Paris.
Sciences Po Paris. Crédits : BERTRAND GUAY - AFP

La première est racontée dans le journal Libération de ce matin : c’est l’histoire d’un sociologue qui s’appelle Akim Oualhaci, il se présente pour la troisième fois au concours du CNRS, et pour la troisième fois il est sélectionné par le jury d’admissibilité — il a notamment été classé premier ex-aequo en 2017 — mais, pour la troisième fois, il est recalé par le jury d’admission. Ce sociologue a mené différentes études en France et aux Etats-Unis. Des études sur quoi ? Eh bien justement, l’ironie de la chose n’échappera à personne, Akim Oualhaci travaille sur les processus de domination dans les espaces urbains marginalisés en France et aux Etats-Unis… De là à penser que ces refus réitérés de le recruter sont des manières de vérifier, à son détriment, les structures de domination du champ universitaire français, il n’y a qu’un pas que 200 universitaires ont franchi. Alors, bien entendu, il faudrait pouvoir entendre les arguments du jury qui a refusé son admission pour la troisième fois, mais comme celui-ci explique que ce qui est dit au sein du jury reste dans le jury, il est difficile de se faire une opinion…

La deuxième histoire est racontée dans Le Figaro : Sciences Po Paris supprime son concours écrit d’entrée. Autrement dit, à partir de 2021, l’école sélectionnera ses élèves sur les résultats obtenus au lycée et sur un oral. Et c’est là où le bât blesse car l’oral, on ne le sait que trop, a pour caractéristique de privilégier bien souvent le savoir-être sur le savoir-faire, donc de sélectionner sur des critères sociaux, bien plus que sur des critères de connaissances. Alors, Sciences Po se défend de cela, arguant que 15% des places seront réservées aux élèves boursiers…

Tiens, mais en 2021, où en sera Harvard, l’université américaine, puisque Sciences Po ambitionne d’être le Harvard français ? Eh bien, en 2021, la moitié des étudiants d’Harvard seront issus des minorités, une proportion qui a encore progressé de 3% : 15% des étudiants d’Harvard sont les premiers dans leur famille à faire des études universitaires. Bref, une comparaison avec les Etats-Unis qui, pour une fois, ne nous donne pas raison…

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......