LE DIRECT
Une bannière avec le drapeau Rom en hommage aux violences faites à la communauté. (Italie, août 2018)

Roms et rumeurs de rapts d’enfants : un petit pogrom entre amis

2 min

Visés par des accusations infondées d’enlèvement, des membres de la communauté Rom ont subi une série d’attaques violentes.

Une bannière avec le drapeau Rom en hommage aux violences faites à la communauté. (Italie, août 2018)
Une bannière avec le drapeau Rom en hommage aux violences faites à la communauté. (Italie, août 2018) Crédits : Stefano Montesi - Corbis - Getty

Oui, un petit pogrom, c’est ce qui a eu lieu cette semaine en France, en région parisienne, un pogrom anti-rom, on a vraiment du mal à y croire, et pourtant cela se passe maintenant, c’est notamment raconté par le journal Le Monde. Donc des petits groupes d’habitants de la Seine Saint-Denis se sont réunis pour aller casser du rom, notamment à la sortie du bidonville de la rue de Paris à Bobigny, en Seine Saint-Denis. Il faut que tout change pour que rien ne change… Eh bien c’est une nouvelle fois l’illustration de la maxime, rien ne change parce que l’on continue à chasser du tzigane comme jadis, et c’est toujours en raison des mêmes calomnies, en l’occurrence une accusation d’enlèvement d’enfants.

Tout change pour que rien ne change, parce qu’aujourd’hui ces accusations sont relayées sur les réseaux sociaux, et démenties sur les réseaux sociaux, la préfecture de police de Paris a vigoureusement démenti cette calomnie, tout change parce qu’aujourd’hui on trouve des vidéos de ces lynchages. Tout cela nous renvoie quelques siècles en arrière, alors qu’existait déjà l’accusation des enlèvements d’enfants – c’est autour de cette accusation que l’antijudaïsme a pris son essor en Europe au cours du XIIe siècle, l’accusation de crime rituel, une accusation qui s’est largement diffusé au cours des siècles, jusqu’à provoquer des pogroms au début du XXe siècle. À l’époque, il s’agissait d’accuser les juifs de sacrifier un enfant chrétien, dans le but de prendre son sang pour confectionner de la matzah, du pain azyme. Ce qu’il y a de désespérant dans l’accusation actuelle dirigée contre les roms, c’est qu’elle témoigne de la permanence d’un cerveau reptilien chez les êtres humains, y compris à l’époque des réseaux sociaux.

Absence de progrès social

Les accusations les plus anciennes, les plus monstrueuses, les plus chimériques, fonctionnent encore de la même manière, même si elles sont désormais transmises de manière électronique et non plus de manière orale. Tout se passe comme s’il n’y avait pas de progrès, un progrès technique, certes, mais pas de progrès social, tout se passe comme si le Moyen Âge était encore vivant parmi nous, inutile de l’apprendre en classe, on peut le retrouver à tout moment dans les zones les moins hospitalières de nos esprits.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......