LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Trottinettes électriques Lime.

Une trottinette sur le trottoir

2 min

Pourquoi trébuchez-vous sur des trottinettes électriques ?

Trottinettes électriques Lime.
Trottinettes électriques Lime. Crédits : Ina FASSBENDER - AFP

A cause de la Bourse ! Je sais, ce n’est pas évident à comprendre, mais c’est pourtant la vérité, celle que le New York Times explique depuis le festival mondial du transport à San Diego, aux Etats-Unis.

Alors, commençons par le commencement : la trottinette électrique est la 8ème plaie d’Egypte, à ceci près qu’elle frappe un peu partout dans le monde, principalement dans les grandes villes. Celui qui n’a jamais redouté recevoir en pleine face une trottinette électrique, tremble à coup sûr à l’idée d’en renverser une : plus personne ne sera en sécurité sur la Terre tant qu’il existera une trottinette électrique. Et on a raison d’avoir peur. Sur 100.000 trajets en trottinette électrique, on compte 20 estropiés ou morts, ce qui est une statistique, ma foi, considérable. Pourtant, les trottinettes électriques se reproduisent comme les sauterelles. Aujourd’hui, on en compte, par exemple, quasiment 50.000 à San Diego aux Etats-Unis, une ville de 1,5 millions d’habitants, autrement dit une trottinette pour 20 habitants.

Vous imaginez savoir pourquoi ? Pour que les compagnies de trottinettes électriques gagnent de l’argent ? Eh bien, pas du tout, ça c’est très ringard comme calcul, très vieille économie. Les compagnies de trottinettes savent fort bien qu’elles ne gagneront jamais un rond. Pour vous la faire courte, elles sont empêchées par le simple fait que la trottinette électrique — exposée à différents aléas, de la destruction au vandalisme — la trottinette sera arraché à notre affection bien avant d’être amortie. 

Donc, ce n’est pas les compagnies de trottinettes qui vont gagner de l’argent. Ni, faut-il le préciser, les salariés de ces compagnies : d’abord parce qu’ils ne sont pas salariés mais employés comme sous-traitants, les « juicers », comme on les appelle, ceux qui sont chargés de recharger les trottinettes, sont payés au lance pierre et il peut tout leur arriver  sauf devenir riche. Non, les seuls qui peuvent espérer quelque chose, ce sont les actionnaires de ces sociétés. Lime, l’une des sociétés les plus nuisibles, est ainsi valorisée en bourse à 2,4 milliards de dollars, alors que ses pertes ressemblent aux chutes du Niagara et qu’elle n’a absolument aucun espoir de gagner jamais un rond.

La trottinette électrique est peut-être le signe le plus évident que le capitalisme roule comme une roue carrée. Ce système a pire qu’un petit vélo dans la tête : une trottinette sur le trottoir.

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......