LE DIRECT
La fin de la basse couture française

La fin de la basse couture française

2 min

La France est connue pour sa haute couture, ses marques de luxe, … ne me demandez pas pourquoi en pleine pandémie le luxe se porte à merveille, mais il n’y a pas que la haute couture dans la vie, il y a aussi la basse couture. Et celle-ci se meure.

La fin de la basse couture française
La fin de la basse couture française Crédits : Gregory Adams - Getty

Ne pensez pas que le terme de basse-couture soit le moins du monde péjorative, j'en viens, j’aurai pu dire prêt-à-porter mais je ne suis pas sûr que le terme soit compris dès mon de vingt ans qui nous écoutent. 

La basse-couture se meure. Je crains bien que le covid ait la peau des derniers exemplaires qui traînaient sur des cintres. C’est par exemple la vent de Carol qui annonce la fin de Vivarte, laquelle annonce aussi et surtout la fin des haricots pour ce secteur. 

Il reste bien entendu des marques françaises de mode abordables, mais - comment dire - elles ne pèsent plus grande chose par rapports aux géants du secteur H&M et autres Zara. Elles ne pèsent plus grand chose et le basculement sur le net va les mettre dans une situation encore plus compliquée car elles n’auront probablement pas les moyens de participer à cette grande bascule.

Ce n’est pas un bout de notre appareil industriel qui s’en va, c’est pire. C’est un bout de notre culture, de notre folklore aussi, car la France a inventé Rousseau, Pasteur, on le sait, Coco Chanel, c’est entendu, mais aussi le Shmates, ce terme yiddish qui désigne le chiffon pas cher, à peu près traduit par prêt-à-porter et aujourd’hui désigner en novlangue sous le terme de fast fashion, la mode rapide. 

C’était aussi ce qu’on appelait jadis le Sentier, vous avez le Sentier immortalisé par la série des films La Vérité si je mens, sauf que maintenant c’est la vérité si je meurs. Kookaï, Morgane, Waikiki, je suis sûr que vous avez porté certains de ces vêtements, ils existent peut-être encore quelque part mais dans notre mémoire où il n’existent plus comme auparavant. Alors que dans un sens, ils avaient tout inventer. Je veux dire, inventer les recettes qui aujourd’hui ont conduit Zara et H&M à être les mastodontes que l'on sait. Au Sentier quand un pantalon était invendable on disait que c’était un pantalon pour les morts, maintenant c'est le Sentier qui est invendable, et c’est le Sentier pour les morts.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......