LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emmanuel LAURENTIN au micro

L'histoire de l'histoire des Rendez-vous de l'histoire de Blois : un souverain nommé Laurentin

1 min

Une page d'histoire s'est tournée dans la principauté des Rendez-vous de l'histoire de Blois, parce que oui c'est une principauté, dotée d'un souverain lequel se nommait jusqu'ici Emmanuel Laurentin.

Emmanuel LAURENTIN au micro
Emmanuel LAURENTIN au micro Crédits : Christophe Abramowitz - Radio France

Les cordonniers sont les plus mal chaussés... Eh bien c'est la même chose pour les Rendez-vous de l'histoire de Blois : personne ne raconte l'histoire de l'histoire des Rendez-vous de l'histoire de Blois. Et pourtant une page d'histoire s'est tournée dans la principauté des Rendez-vous de l'histoire de Blois, parce que oui c'est une principauté, dotée d'un souverain lequel se nommait jusqu'ici Emmanuel Laurentin. 

Emmanuel Laurentin a fondé cette principauté au cours du 1er millénaire de Lebrun, à un âge que l'on appelle celui de la TSF, Tout Sauf Ferrand. A l'époque, il n'y avait rien à Blois le weekend end, pas de gilets jaunes, pas de magasins ouverts le dimanche, même pas d’Amazon. Les Laurentin s'ennuyaient ferme, ils vivaient chaque jour la même chose, ils vivaient dans un présent éternel. Alors le cadet des Laurentin, Emmanuel, décida d'inventer le passé. IL se dit que ce qui était fait n'était plus à faire, et que chaque jour à 9h du matin il raconterait ce qui s'était passé hier. 

Quand Emmanuel rentra dans l'histoire (la taverne)

Le nom de ce festival, Rendez-vous de l'histoire de Blois, lui fut suggéré par un troquet appelé  l'histoire où notre homme avait ses habitudes. Un jour, qu’Emmanuel Laurentin était passablement éméché, il entra dans cette taverne par effraction, Emmanuel rentra dans l'histoire. C'était un 9 octobre, et pour commémorer cet événement, les villageois de Blois décidèrent de créer ce qu'ils nommèrent les Rendez-vous de l'histoire de Blois, le Puy du Fou c'était déjà pris.

Blois se donna les moyens de ses ambitions pour ce festival en construisant toutes sortes de choses, des  églises, des châteaux, des magasins de souvenir, bref tout ce qui constitue le passé. A partir de ce moment-là, les hommes faisaient l’histoire, mais ils ignoraient l’histoire qu’ils faisaient, seul Laurentin, lui, le savait. Le roi mena des guerres, contre la tribu des Bern et celle des barbares, les Laurent Deutsch, Laurentin pris un Grand Chambellan, un chambellan nommé Boucheron, lequel raconta l'histoire mondiale de Blois. 

Blois est passé de Laurentin à Mauduit

Oui mais voilà, Blois est le pays du matin précoce et notre souverain Laurentin voulait conquérir le matin tardif, voilà pourquoi il décida en septembre de conquérir un royaume nommé le 18h20 de France Culture, il quitta le passé pour le Temps du débat, lequel temps du débat est évidemment le présent, juste après la sieste de Laurentin. Depuis lors, c'est un nouveau roi qui suit le Cours de l'Histoire, comme d'autres sont passés de régner à Albert, Blois est passé de Laurentin à Mauduit. Mauduit a changé l'hymne du royaume, et les trompettes des jingles, et si l'Histoire ne repasse pas les plats, c'est désormais lui, Mauduit qui les sert. 

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......