LE DIRECT
Photo d'un cycliste sur un fixie prise le 16 mars 2011 à Los Angeles.

Guerre interne dans le petit monde du vélo

2 min

Le nouveau maire de Lyon, Grégory Doucet, s’est donc déclaré contre le tour de France, le qualifiant en substance de machiste et de polluant - ce qui a suscité moult réactions. En réalité, il n’y a plus un vélo mais des vélos.

Photo d'un cycliste sur un fixie prise le 16 mars 2011 à Los Angeles.
Photo d'un cycliste sur un fixie prise le 16 mars 2011 à Los Angeles. Crédits : Ullstein Bild - Getty

Le nouveau maire de Lyon, Grégory Doucet, s’est donc déclaré contre le tour de France, le qualifiant en substance de machiste et de polluant - ce qui a suscité moult réactions, parmi lesquelles certaines consistant à pointer la contradiction qu’il y aurait à vouloir intensifier la pratique du vélo dans sa ville, tout en critiquant l’épreuve emblématique du vélo, en France mais aussi probablement dans le monde. C’est que cette remarque doit s’interpréter correctement. Il s’agit du signe très clair d’une guerre interne au monde du vélo, le signe que le vélo n’avance plus de conserve. Il n’y a plus un vélo mais des vélos. Le cyclisme est devenu comme le trotskysme. Vous en réunissez trois. Il y a quatre manières de pédaler, alors en plus comme il y a désormais beaucoup plus de cyclistes que de trotskystes pour des raisons obvies, on comprend que les différences finissent par s’étaler au grand jour. Il suffit de regarder une piste cyclable pour voir à quel point on a affaire à des différences irréconciliables : vélos électriques contre vélos musculaires, vélos hollandais de droite, contre vélos de randonnée de gauche, vélos de course prétendument dominants contre vélos VTT résistants. Pendant très longtemps, j’ai cru que l’aristocratie, ou la dictature du pavé, était incarnée par les fixies. Le fixie, c’est un vélo sans frein ni dérailleur, pas évident à utiliser. Mais pourquoi adopter cet engin s’il est difficile à maîtriser ? La réponse à cette question est dans la question. Le fixie est un choix évident parce que ce n’est pas un vélo évident. Pour ceux qui ont encore quelques années à attendre avant la Rolex, il reste une solution : le danger. Prendre des risques demeure encore la chose du monde la moins partagée. Tout le monde peut faire du vélo à tous les âges, seuls quelques élus peuvent user d’une telle bicyclette. Illustration concrète : vous êtes à vélo, la voiture devant vous pile, vous voulez vous arrêter. Sur un quelconque vieux clou, pas de souci, vous empoignez vos poignées et les patins font le reste. Mais si vous êtes en « fixie », cette misérable péripétie peut signifier la fin prématurée de votre voyage. Car l’animal ne freine pas, il dérape. Le fixie, c’est le péril jeune : il témoigne du fait que dans un monde à base de principe de précaution, masque et de gel hydro alcoolique, il est encore possible de ménager une place pour le risque. Mais maintenant, il y a pire que le fixie, les pédales automatiques qui n’ont rien à voir avec des pédales électriques - si vous pensez cela, alors je vous plains. Les pédales automatiques sont destinées à être utilisées avec des chaussures spéciales, des chaussures de cyclistes, qui solidarisent le vélo et le dit cycliste en accrochant ses pieds aux pédales - un peu à la manière des fixations de ski. Evidemment, c’est très dangereux : si vous ne déchaussez pas, si vous ne détachez pas vos pieds des pédales avant de vous arrêter, la gravité fait son office et vous chutez. Une chute qui en milieu urbain peut provoquer de petits dommages corporels et de gros dommages psychologiques. S’habiller pour courir le tour de France et chuter comme un débutant, cela peut suffire à égayer un boulevard. Oui mais voilà, si vous voulez être un aristo du deux roues, tenir le haut du pavé, vous devez avoir des pédales automatiques. Le vélo, ou bien vous vous accrochez à lui, ou bien… mieux vaut décrocher. 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......