LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ferme biologique du bec-Hellouin

L'autre Abbaye du Bec Hellouin

2 min

Oui, il y a deux abbayes au Bec Hellouin. La première, c'est une abbaye du 11e siècle, dans une vallée normande, la vallée du Bec, avec une petite rivière qui longe le site. Et puis l'autre Abbaye, on la trouve dans un paysage à la Tolkien. Cela ressemble à la Comté des Hobbits.

Ferme biologique du bec-Hellouin
Ferme biologique du bec-Hellouin Crédits : CHARLY TRIBALLEAU - AFP

C'est verdoyant, luxuriant et apaisant, plus moderne. Elle a été fondée en 2003 et c'est la ferme du Bec Hellouin, devenue une mecque de la permaculture - la permaculture désignant plus un rapport à la nature qu'un mode de culture - le bec hellouin développant une méthode radicalement nouvelle pour l'agriculture écologique en général, et le maraîchage en particulier. Abbaye du Bec Hellouin, mecque de la permaculture, on songe bien évidemment à ce qui serait la dimension religieuse de l'écologie. Il y a quelques jours, le sociologue Jean-Pierre Le Goff qualifiait l'écologie de religion séculière. Une religion séculière, c'est traditionnellement une idéologie qui emprunte les traits d'une religion - le nazisme et le communisme étaient des religions séculières. Eh oui, rien que ça. Et donc, une religion séculière,  ça se termine mal en général. Et puis cette semaine c'est le directeur du Point, Etienne Gernelle, qui s'y met. Il faudrait libérer l'écologie de l'ésotérisme. L'accusation est grave mais si on peut la libérer, c'est qu'il y a un espoir. Dans ces deux remarques, on trouve une part de vérité. Les écolos convaincus ont souvent un rapport religieux à la nature, ce temple aux vivants piliers. Ils ne sont pas les seuls. Les poètes artistes et âmes sensibles développent depuis longtemps un amour de la nature, lequel peut s'accompagner d'une dimension mystique. Au Bec Hellouin, on retrouve cette forme de mystique, l'espoir que le beau, le bon, le bien pourraient se trouver réunis en un même lieu. Nourrir les hommes, guérir la terre, c'est la maxime du lieu. Mais plus qu'une religion, on a affaire à un culte moderne ici, le « less is more », le moins c'est le plus. « Less is more », cela signifie que la frugalité est une forme de création sous contrainte, cultiver sans tracteur, sans engrais évidemment, et sans herbicides bien sûr. Refuser aussi une forme d'agriculture high tech qui pourrait se passer de pétrole et d'engrais mais n'aurait pas la robustesse, la résilience désirée ici. Et c'est la raison pour laquelle cette tentative, qu'on la fasse sienne ou pas, peut fort bien parler à tous, aux croyants comme aux laïcs.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......