LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Lecture d'un livre

Dans le dernier livre de Pascal Bruckner une étrange dédicace…

2 min

Et oui ce livre - "Un coupable presque parfait : la construction du bouc-émissaire blanc" chez Grasset - est notamment dédié à ceux de ses amis qui ont voulu le dissuader d’écrire son dernier livre, lequel est consacré à quelques sujets polémiques du moment, du féminisme à l’antiracisme...

Lecture d'un livre
Lecture d'un livre Crédits : Getty

Je songe à ces phrases parce qu’aujourd’hui, France Culture consacre une journée à l’état du débat public. La sensation qui prédomine est qu’un certain nombre de sujets convoquent le bruit et le silence, bruit des anathèmes, silence pour faire taire l’autre. 

Or il s’agit d’une situation parfaitement paradoxale. Si l’on est vraiment militant d’une cause, je veux dire si l’on en est convaincu, on peut laisser les avis opposés aux siens s’exprimer parce que l’on a évidemment pas peur de se laisser contaminer, mais aussi et surtout parce que l’on a confiance dans ses idées, dans la force de ses idées. Vouloir faire taire les avis contraires, c’est penser ou bien que l’on n’a pas vraiment raison, ou bien que les individus sont finalement incapables d’adhérer à la vérité que l’on détient. 

Avec l’un de mes oncles, hier, nous évoquions certains de nos aïeux plus staliniens que Staline, tendance Jeannette Vermeersch – Jeannette était, je le précise pour les moins de 20 ans, la compagne de lutte et la compagne tout court de Maurie Thorez,  secrétaire général du Parti Communiste Français, députée puis sénatrice de la Seine  – eh bien ces gens-là avaient une confiance capitale en leur représentation du monde, ils ne redoutaient pas les idées bourgeoises, il les ignorait. 

Alors que s’est-il passé, pourquoi aujourd’hui les petites filles et petits fils de Jeanette Vermeersch redoutent tant les opinions d’en face qu’ils aimeraient les faire taire. Eh bien peut-être parce que l’art de la rhétorique, la capacité de persuader l’autre, par l’argumentation, le raisonnement, fût-il fallacieux ou sophistique, cet art-là s’est perdu au fil du temps, en partie tué par les réseaux sociaux, mis à mal par l’agonie des idéologies classiques, qui finalement apprenaient aux êtres ce qu’est un système de pensée. 

Nous vivons aujourd’’hui dans un monde où être ami avec un auteur, c’est lui conseiller de ne pas écrire le livre qu’il veut écrire, parce que l’on redoute que Jeannette Vermersch se précipitera pour le lire. 

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......