LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La devanture d'un magasin à Caen au moment du "Black Friday" le 27 novembre 2019

Et l’on peut enfin croire aux miracles…

2 min

Il y a les contes de noël, et puis les comptes du capitalisme, la différence entre l’un et l’autre, c’est que les premiers sont immuables, les seconds modulables.

La devanture d'un magasin à Caen au moment du "Black Friday" le 27 novembre 2019
La devanture d'un magasin à Caen au moment du "Black Friday" le 27 novembre 2019 Crédits : Sameer Al-DOUMY - AFP

On ne peut pas modifier la date de l’entrée de l’enfant Jésus dans la crèche, pas plus que l’on ne peut repousser à une date ultérieure l’arrivée du Messie, je veux dire ultérieure à la date prévue. Mais l’on peut en revanche repousser la date du Black Friday à une période plus propice, la semaine d’après. Il suffit d’une décision collective. Et ceci ouvre, il me semble, des perspectives vertigineuses. Car notre calendrier collectif – calendrier et collectif c’est presque une tautologie – est à l’agonie. Les modes de vie désynchronisés, le jour, la nuit, chacun n’en fait qu’à son rythme. Les fêtes nationales ou les bank holidays - comme le dit de manière aussi pertinente l’anglo-saxon - ne signifient plus grand chose pour les mentalités modernes. J’imagine qu’il y a des gens en France pour penser que le 8 mai est une fête religieuse. Alors le calendrier s’est restructuré autour des fêtes commerciales, le mois du blanc avec son petit coté Zola, Au bonheur des dames, Noël évidemment, les soldes bien sûr, Halloween, comment ne pas y penser... et maintenant le Black Friday. Car la ruse de la bête à picots, de cette saloperie de virus, c’est d’avoir définitivement installé le Black Friday dans le paysage. Le voici maintenant existant à tout jamais. Les poilus avaient le 11 novembre, nous aurons le Black Friday à date variable. Ils avaient la chanson de Craonne, nous aurons la chanson d’Amazon. Une autre forme d’héroïsme, j’en conviens. Donc nous aurons un Black Friday, il sera repoussé d’une semaine, pour permettre de faire ses achats dans le respect des gestes barrières, et tous les achats inessentiels, des draps qui chauffent ou un pistolet à gaufre. C’est qu’il s’agit de sauver Noël, non pas sa magie, mais les comptes de Noël, se rappeler que les objets inanimés ont une âme, l’âme de l’époque. Il va donc nous falloir accomplir notre devoir civique et participer au Black Friday, un Black Friday marqué par la résistance à la bête à picots. Le Covid ne nous empêchera pas de dépenser – jusqu’à la victoire finale marquée non par l’armistice, mais par les soldes, des comptes de Noël au solde de tout compte. 

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......