LE DIRECT
Larry Tesler, l’invention du copier-coller, a disparu à l’âge de 74 ans,.

Le copier-coller est un diable qui court sur le clavier

2 min

Une mort saluée un peu partout sur les réseaux sociaux hier…

Larry Tesler, l’invention du copier-coller, a disparu à l’âge de 74 ans,.
Larry Tesler, l’invention du copier-coller, a disparu à l’âge de 74 ans,. Crédits : © Adobe Stock

Celle de Larry Tesler, disparu à l’âge de 74 ans, un illustre inconnu qui vous accompagne tous les jours — allez ne niez pas — car c’est à lui que vous devez l’invention du copier-coller, « pomme c, pomme v » si vous avez un mac, « ctrl c, ctrl v » sinon… Un homme à qui tous les étudiants du monde devraient rendre hommage, mais pas que les étudiants puisque le copier-coller est devenu une tentation terrible, une fois que l’on a découvert que tout est dit et que l’on vient trop tard, depuis plus de sept mille ans qu'il y a des hommes qui pensent. 

Comment résister ? Le copier-coller est un diable qui court sur le clavier de l’ordinateur pour le billettiste qui doit chaque jour vous proposer son humeur. Pourquoi ne pourrais-je pas rendre hommage aujourd’hui à Claire Bretécher ? Claire Bretécher s’est placidement installée en travers de notre courant. Elle est l’obstacle rieur et le regard en biais, elle a mis en histoire nos tics, nos réflexes et nos secrets accommodements avec le ciel des idéologies, elle est notre contre-pouvoir. Claire Bretécher puis-je dire posément, rendant ainsi hommage à trois personnes à la fois : Claire Bretécher, mais aussi Larry Tesler, l’inventeur du copier-coller, puisque je me suis contenté de recopier l’hommage que lui avait consacré Jean Daniel, disparu hier à l’âge de 99 ans… 

Alors je sais, à ce stade de ce billet, vous comptez sur moi pour que je vous fasse une liste de plagiaires, qui doivent en partie leur postérité au copier-coller. Eh bien, ne comptez pas sur moi. à titre personnel, je me suis toujours dit que l’inégale répartition des talents était la chose la plus cruelle au monde. Que celui qui n’a jamais eu l’envie de voler une phrase de Zola, ou un propos de Paul Valéry me jette la première « pomme v ». Puisque nous ne faisons jamais que nous entre gloser, puisqu’il y a plus de livre sur les livres que sur autres sujets, pourquoi s’obstiner à vouloir mal inventer quand on peut se contenter de recopier ? Mal écrire c’est ajouter aux malheurs du monde. 

Quand je regarde une bibliothèque, je me dis qu’il y a bien souvent sous le pavé, le plagiat, et quoi de mieux pour se reposer que de s’allonger sur le plagiat.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......