LE DIRECT
La trottinette, start up nation de l’amoralisme ambiant

Les années 2020 et l’accident de trottinette

2 min

Il y a ceux qui pensent que le fait divers fait diversion et ceux au contraire pour qui le fait divers fait époque. Or, avec l’accident de trottinette, notre époque tient un évènement qui la récapitule.

La trottinette, start up nation de l’amoralisme ambiant
La trottinette, start up nation de l’amoralisme ambiant Crédits : Elise HARDY / Contributeur / Collection : Gamma-Rapho - Getty

C’est par exemple la Une du « Parisien » aujourd’hui (vendredi 25 juin 2021) : les suites d’un accident mortel de trottinette qui a eu lieu à Paris, deux suspectes, nous apprend le journal, ont été arrêtées. 

Et l’on a énormément parlé de cet accident, alors même - et l’on peut s’en réjouir - qu’il demeure rarissime. 

Depuis l’introduction de la trottinette électrique dans nos villes, il y a eu peu d’accidents graves, la plupart des dommages causés par celle-ci s’étant soldés par des bleus, contusions et au pire, un bras dans le plâtre. Peu importe car la trottinette n’est pas un mode de transport, mais un symbole et c’est pourquoi cet accident de la circulation circule dans l’information, parce qu’il s’agit de lui faire dire quelque chose, quelque chose que le choc seul ne dit pas. Pour les uns, la trottinette est le symbole même de l’individualisme de l’époque, le « pousse-toi que je m’y mette », une manière de rouler pour soi au besoin en roulant sur les autres. 

Bien sûr, dans ce contexte, la trottinette est politique, intégralement politique, symbole des mobilités douces comme on dit. Elle se révèle en réalité mobilité dure, renversant les passants qu’elle ne fait pas trébucher lorsqu’elle est abandonnée sur le sol. La trottinette devient une arme par destination ou l’incarnation d’une époque anomique où chacun trace sa route en coupant celle de l’autre, bien loin des sages transports collectifs, moralement irréprochables. Comment se faire à ces cadavres d’engins abandonnés, tous plus fluos les uns que les autres, ornés de noms anglo saxons, maintenus par cette armée des ombres que l’on aperçoit la nuit, les fameux « juicers » destinés à recharger ces engins…  

La trottinette c’est la start up nation de l’amoralisme ambiant qui, par contraste, restaure dans sa dignité l’automobiliste, et tant pis si les chiffres de l’insécurité routière demeurent évidemment en faveur de la trottinette. Et dans ce fait divers, c’est la trottinette qui tue, comme si c’était elle qui était douée de volonté, et guidait l’inconduite, déclinaison classique de cette manière de déduire la personnalité du conducteur et fonction du véhicule qu’il conduit. En termes de kilomètres parcourus, la trottinette c’est peu, en revanche en termes de bruit médiatique, l’accident de trottinette c’est beaucoup.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......