LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Exposition à Sotheby de l'une des plus grandes collections privées de montres Swatch avant leur mise aux enchères en 2015.

Montres et rationalité capitaliste

2 min

J’ai rencontré l’une des civilisations les plus primitives de la planète…

Exposition à Sotheby de l'une des plus grandes collections privées de montres Swatch avant leur mise aux enchères en 2015.
Exposition à Sotheby de l'une des plus grandes collections privées de montres Swatch avant leur mise aux enchères en 2015. Crédits : Photo d'Anthony Kwan - Getty

Absolument, et cette civilisation c’est la nôtre, celle qui adore fétiches et verroteries, vous savez ce type de tribu dont on se moque parce qu’ils sont prêts à donner l’équivalent du labeur d’une vie pour un bout de verre coloré, ou un drôle de coquillage… 

Et pour avoir des nouvelles de cette civilisation, le mieux à faire est de lire le supplément montres d’un journal, les suppléments horlogeries m’ont toujours fait rêver, précisément parce que les montres ne m’intéressent pas du tout, et je suis  à chaque fois ébahi de voir les sommes que peuvent atteindre ces objets. D’ordinaire, ces sommes dingues sont justifiées par je ne sais quelle complication mécanique, miniaturisation, ou bien alors, mais c’est plus vulgaire, l’ajout de matières précieuses, or, diamant, platine, que sais-je encore. 

Mais aujourd’hui une nouvelle étape vient d’être franchie, voici le plastique jetable vendu au prix du diamant, c’est le Figaro qui me l’apprend, les Swatch, vous savez ces montres en plastique vendues à l’origine quelques dizaine d’euros, eh bien les Swatch valent des dizaines de milliers d’euros. Il existe une spéculation sur les Swatch, si bien que certaines d’entre elles peuvent atteindre des millions, par exemple une Swatch paraît-il destinée à célébrer les 40 ans de James Bond est estimée à 1,2 million d’euros. 1, 2 million d’euros, oui, mais elle a été vendue 5,5 millions d’euros. Une montre en plastique pour le prix d’un pâté de maison, une montre en plastique pour plusieurs vies de salaires, c’est la preuve que notre société vit dans l’imaginaire le plus complet, le prix des choses n’a plus rien à voir avec leur utilité. 

La consommation ostentatoire, comme le disait le sociologue Thorstein Veblen, peut désormais se fixer sur n’importe quel objet : aujourd’hui une montre en plastique, demain peut-être sur un gobelet en carton, un bout de lacet… Une Swatch à plusieurs millions d’euros, c’est la conséquence de la loi de l’offre et de la demande, une offre folle qui rencontre une demande déraisonnable, ces montres le montrent, la rationalité capitaliste a accouché d’un monstre. 

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......