LE DIRECT
Oui, oui, être trop économe c’est désormais fort mal vu par les établissements bancaires.

Bon maintenant, il faut dépenser…

2 min

Bienvenue dans le monde d’après, celui qu'on pourrait qualifier de monde à l’envers.

Oui, oui, être trop économe c’est désormais fort mal vu par les établissements bancaires.
Oui, oui, être trop économe c’est désormais fort mal vu par les établissements bancaires. Crédits : John M Lund Photography Inc - Getty

Oui, j’espère que vous avez pensé à dépenser, et que vous allez vous y mettre fissa, le premier qui n’est pas dans le rouge à la fin du mois, c’est un sacré mauvais citoyen. Demain je veux voir des queues devant tous les magasins non essentiels d’hier, devenus désormais essentiels. Le premier qui n’a pas un sac Zara rempli de frusques ou qui n’a pas enseveli ses enfants sous les jouets, on donnera son nom à Bercy. 

Bienvenue dans le monde d’après, monde que l’on pourrait appeler le monde à l’envers. Alors c’est assez simple, vous prenez l’ensemble des règles enseignées il y a deux ans et vous en prenez la contraposée. Exemple : la tempérance et l’esprit d’économie. Depuis le sociologue Max Weber, c’est ce que l’on nous enseigne – il faut gagner de l’argent pour l’économiser, nos gains d’aujourd’hui font les dépôts de demain, qui sont les investissements d’après demain. Eh bien ça c’est complètement fini. 

Désormais on s’est aligné sur la parole qui fit jadis scandale – et va bientôt devenir la règle – la parole de Keynes, il faut « euthanasier les rentiers ». Même – et c’est cela qui est inouï – même votre banquier s’y met. C’est ainsi que Les Echos expliquent clairement que dans certains pays il n’est déjà plus possible de déposer trop d’argent sur votre compte. Oui, oui, être trop économe, c’est désormais fort mal vu par les établissements bancaires. 

Ce qui se passe est du jamais vu : pendant la pandémie une part des ménages a beaucoup souffert, mais d’autres personnes ont eu leur salaire maintenu tandis que leurs dépenses dégringolaient. Moralité, les comptes en banques ont enflé et les banques ne savent plus quoi faire de cet argent qui n’est plus rémunéré sur les marchés – notre épargne coûte désormais aux banques de dépôt. Moralité, certaines banques en viennent à faire payer les dépôts – absolument, vous avez bien entendu, ce n’est pas le crédit qui coûte, c’est le dépôt. La première banque danoise, explique Les Echos, va ainsi taxer de 1% tous les dépôts supérieurs à 13 000 euros. Soit vous dépensez, soit vous payez. Tout cela va probablement chambouler le secteur bancaire. Les conseillers en patrimoine vont devenir des conseillers en dépense – ils vous inciteront à refaire la cuisine, changer de voiture, ou donner des cours de théâtre au petit dernier. Et pour que ça soit encore plus efficace, vous payerez – cher – les conseils de ceux qui vous apprennent à dépenser. 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......