LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'Avenue des Champs-Elysées lors de la Fête des Vendanges de Paris

France rurale contre France des villes?

2 min

Depuis des lustres, on adore dans les débats nationaux opposer deux France : aujourd’hui, France rurale et France des villes. Emmanuel Macron préside l’une, et se désintéresse de l’autre. Et pourtant, sociologiquement, l’écart se réduit de plus en plus entre les villes et la campagne.

L'Avenue des Champs-Elysées lors de la Fête des Vendanges de Paris
L'Avenue des Champs-Elysées lors de la Fête des Vendanges de Paris Crédits : Antoine Gyori - Corbis - Getty

Il y aurait donc deux France…

Eh bien oui, et ça, ça n’est pas nouveau. Car depuis des lustres, on adore dans les débats nationaux opposer deux France : la France d’en haut et la France d’en bas, Français de papier et les vrais Français... Oui, ça c’était avant. Enfin non ça revient, bon, mais c’est un autre débat. Donc deux France, et aujourd’hui, France rurale et France des villes. Emmanuel Macron préside l’une, et se désintéresse de l’autre. Et pourtant, sociologiquement, l’écart se réduit de plus en plus entre les villes et la campagne. 

Pour s’en rendre compte, le mieux probablement est de se souvenir de La Métamorphose de Plozévet : Commune en France, l’un des plus beaux livres d’Edgar Morin, l’étude d’une commune de Bretagne faisant face à la modernisation dans les années 1950. Et que décrivait Morin alors ? Le monde d’avant-hier bouleversé par les Trente Glorieuses, une campagne écartelée entre son identité bigoudène et son identité française, parlant encore patois, découvrant l’air méfiant l’économie de marché, se mariant tôt, mourant tôt, buvant tôt aussi pour la plupart et à tous les repas. Mes camarades bretons ne m’en voudront pas, c’était la même chose dans la Drôme, avec cette anecdote éclairante : Edgar Morin expliquait qu’il fallait alors six ans à la mode du pantalon pour les femmes pour faire le trajet Quimper-Plozévet. Six ans à une mode pour arriver, alors qu'aujourd’hui la jeunesse de Plozévet est informée à la vitesse de l’électron de la dernière mode de Los Angeles, se marie aussi peu que la jeunesse lyonnaise et partage ses goûts avec la jeunesse parisienne sans coiffe bigoudène ni fest-noz, les fêtes traditionnelles bretonnes.

Alors bien sûr, il reste la limitation de vitesse à 80 km/h, le prix du gas-oil et, et, et et... de moins en moins d’autres choses. Bien sûr, les agriculteurs demeurent plus nombreux à Plozévet : 7 % de la population active contre 2 % pour la moyenne française. Mais ils étaient dix fois plus nombreux il y cinquante ans. Jadis, on rêvait de mettre les villes à la campagne et réciproquement, sociologiquement c’est très précisément ce qui est en train d’arriver. Et c’est peut-être pour cela que les dernières différences qui demeurent apparaissent insupportables. 

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......