LE DIRECT
Donald Trump à New York en juillet 2016

Donald Trump n'a pas le droit de bloquer sur Twitter

2 min

Si quelqu’un dit du mal de vous sur Twitter, vous pouvez le bloquer : cela vous permet de ne plus le voir et du coup de vivre mieux. Si Donald Trump bloquait quelqu’un sur Twitter, ce serait inconstitutionnel.

Donald Trump à New York en juillet 2016
Donald Trump à New York en juillet 2016 Crédits : Drew Angerer - Getty

En France, on cherche en ce moment à limiter la diffusion de fausses nouvelles. Aux Etats-Unis, la justice vient de décider à plusieurs reprises qu’il n’était pas possible de limiter la circulation de l’information, que celle-ci soit vraie, fausse, injurieuse, abominable etc.

Ce qui donne des procès croquignolets, notamment le procès intenté au président Donald Trump, lequel avait bloqué des citoyens sur son compte twitter. 

Si quelqu’un dit du mal de vous sur Twitter, vous pouvez le bloquer : cela vous permet de ne plus le voir et du coup de vivre mieux. Oui, mais quand vous êtes le président des Etats-Unis, c’est ce qu’a décidé la Federal Court in New York, comme l’explique le professeur de droit à Harvard Noah Feldman dans le New York Times : ça n’est pas possible. 

Si Donald Trump bloquait quelqu’un sur Twitter, ce serait inconstitutionnel, ce serait contraire au premier amendement, lequel premier amendement stipule expressément – je le cite – « aucune loi ne peut limiter la liberté d'expression, de la presse ou le droit des citoyens ». 

C’est la première fois que cette loi s’applique aux réseaux sociaux – l’idée étant qu’il n’est pas possible de limiter la liberté d’expression ou plus exactement la liberté de circulation de l’information sur les réseaux sociaux, quelle que soit la nature de cette information, vraie, fausse, saugrenue, injurieuse. 

Dans ces conditions, comment autoriser ces mêmes réseaux sociaux à légiférer sur la nature de l’information qu’ils véhiculent. Eh bien, à en croire Noah Feldman, la chose parait impossible. L’Etat islamique pourrait tout à fait poursuivre Facebook sur la base de la liberté d’expression si ce réseau social décidait de ne pas diffuser des messages de haine. 

En fait, la vraie question est de savoir si Twitter et consort sont des forums publics ou privés. S’ils sont publics, alors rien n’est interdit. Ou plus exactement comme on dit chez nous, « il est interdit d’interdire ».

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......