LE DIRECT
Christopher Lasch

Quel intellectuel s’est vraiment planté sur les "gilets jaunes" ?

2 min

Je cherche depuis quelques jours le superfail théorique, l’erreur intellectuelle majeure, l’équivalent pour les « gilets jaunes » de cette désormais fameuse « fin de l’histoire », la notion que Fukuyama vient opportunément développer quelques temps avant le 11 septembre 2001.

Christopher Lasch
Christopher Lasch

Et je crois l’avoir trouvé, l’intello qui s’est le plus mépris sur les « gilets jaunes » s’appelle Christopher Lasch. Vous allez me dire il est mort en 1996. Oui, mais avant de disparaître, il met un point final à un ouvrage majeur de la sociologie du XXe siècle intitulé La Révolte des élites. La révolte des élites et non pas la révolte des masses, comme elle a pu être théorisée dans les années 1930. 

Alors, la thèse de Lasch est simple : les élites, sociales et culturelles, ont fait sécession, elles ne remplissent plus le rôle citoyen qu’elles remplissaient quelques décennies auparavant. Et Lasch, qui joua un rôle absolument essentiel pour la gauche américaine, d’expliquer que les élites sont désormais hors sol. On doit à Lasch la première association des élites à cette absence d’ancrage, réel et métaphorique, au sein d’une société. Les élites ne font que se parler à elles-mêmes explique ce sociologue, elles ont monopolisé le système éducatif, ou plus exactement sa meilleure part. 

Toutes les élites en prennent pour leur grade dans l’œuvre de Lasch, y compris les journalistes. Et pourquoi faut-il critiquer les journalistes ? Parce qu’ils s’intéressent trop aux faits, pire ils croient en l’unicité des faits alors qu’ils devraient faire vivre le débat, le clivage, la confrontation des points de vue. Parce que la démocratie ne repose pas sur une objectivité inaccessible, nous explique Lasch, mais sur le débat…. 

Oui mais voilà, cette révolte des élites qui paraît si lointaine n’est-elle pas à l’origine de la révolte des masses à laquelle on assiste aujourd’hui ? L’une ne répond-elle pas à l’autre ? En tout cas, Lasch a eu de nombreux enfants, qu’ils s’appellent Chantal Mouffe, philosophe proche de la France insoumise, ou Jean Claude Michéa, autre philosophe — dont l’A voix nue est diffusé chaque jour cette semaine sur France Culture. 

Lasch a été le premier intellectuel, l’un des premiers, à défendre le populisme contre l’élitisme. Et au travers de son erreur, il se pourrait bien que Lasch ait tout compris.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......