LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La Peugeot 504 en 1968

La Peugeot 504, première victime de mai 1968

2 min

La 504, c’est la revanche de la France de droite, une voiture qui n’est pas là pour rigoler mais pour rouler, à allure régulière et légale.

La Peugeot 504 en 1968
La Peugeot 504 en 1968 Crédits : Andre SAS - Getty

La première victime de mai 68, c’est une voiture : la 504 Peugeot, laquelle devait sortir en mai 1968 et en a été empêchée. Par quoi déjà? Ah oui, peut-être par les événements. Elle sortira quelques semaines plus tard, un peu après le défilé gaulliste sur les champs Elysées, et incarnera l’ordre, la rigueur, le sérieux Peugeot face à des alternatives automobiles beaucoup plus délurées. 

Citroën, marque aux chevrons entre DS fantasque, voiture superfétatoire, belle et inutile, emplie de solutions techniques oniriques comme la suspension hydropneumatique, la voiture qui avait certes sauvé De Gaulle mais qui permettait surtout à Fantomas de s’enfuir. 

La DS était la voiture de la classe créative, l’autre alternative était la Renault 4L, voiture de beatnik, voiture à tout faire de la Drôme à l’Ardèche, voiture des chevelus qui transportaient de l’herbe, des chèvres et leur rêves. Au milieu de tout cela apparaît la voiture de la rigueur, la 504 Peugeot : aucune solution technique innovante, sauf peut-être les 4 roues indépendantes. L’indépendance, une valeur clé du libéralisme, et surtout de la robustesse, de la loyauté, de la fidélité. 

Car la 504, c’est la revanche de la France de droite, une voiture qui n’est pas là pour rigoler mais pour rouler, à allure régulière et légale. C’est la voiture qu’aurait pû concevoir Debré et non Debray, Michel Debré et non régis Debray. La 504 était la voiture des notables sobres, ceux qui préféraient le Touquet à Deauville et ignoraient jusqu’à l’existence de Saint-Tropez. 

L’histoire dans son ironie a fait de la 504 la voiture la plus diffusée parmi les voyageurs, des décennies plus tard, on la voit encore tous les jours circuler au Mali et parfois même au Maghreb. La 504 est d’ailleurs dans l’actualité en pleine crise iranienne. En 2011, c’est sa 504 blanche de 1977 que Mahmoud Ahmadinejad a vendu pour un montant de 2,5 millions de dollars, un montant destiné à financer son programme social. Et c’est ainsi qu’une voiture de droite s’est mise au service de l’islamo-gauchisme. 

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......