LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un journaliste lit Charlie Hebdo le 3 janvier 2017

Où est Charlie ?

2 min

Emmanuel Macron, président depuis maintenant près d’un an jour pour jour, n’a jamais prononcé le nom de Charlie Hebdo.

Un journaliste lit Charlie Hebdo le 3 janvier 2017
Un journaliste lit Charlie Hebdo le 3 janvier 2017 Crédits : ERIC FEFERBERG - AFP

Toute la presse française évoque ce matin le livre de Philippe Lançon, rescapé des attentats de Charlie Hebdo…

De Libération à l’Obs, il est question du Lambeau, ce livre que Lançon consacre au récit de l’attentat et à sa vie d’après, à la manière dont il a survécu et réappris à vivre. Et cet intérêt pour ce livre, les commentaires qu’il suscite, contrastent avec un silence assourdissant. Emmanuel Macron, président depuis maintenant près d’un an jour pour jour, n’a jamais prononcé le nom de Charlie Hebdo. 

Pourtant, des occasions d’évoquer l’attentat perpétré contre ce journal, il y en a eu. Aux vœux à la presse, par exemple. C’était en janvier dernier, Emmanuel Macron a fort justement alerté sur le sort des journalistes turcs, dont certains travaillent au péril de leur vie. Il lui aurait suffi d’un mot, d’un imparfait, pour dire qu’en France aussi des dessinateurs, des journalistes, ont été tués pour ce qu’ils avaient écrit, ou dessiné. 

Un peu plus tard, Emmanuel Macron commémorait les attentats de janvier 2015, de l’hyper casher à Charlie, en passant par les policiers assassinés par des terroristes islamistes. Il aurait pu dire un mot notamment sur Charlie Hebdo, mais pas de chance, l’hommage était sans prise de parole. 

Il y a quelques jours enfin, au collège des Bernardins, Emmanuel Macron évoquait des victimes d’attentat, le héros Arnaud Beltrame… Toujours rien sur Charlie Hebdo, peut-être parce qu’il s’exprimait devant des évêques. Emmanuel Macron n’est pas le seul je dois dire, c’est une sorte d’épidémie : Laurent Wauquiez a lui aussi évoqué, dans une tribune au Figaro, tous les attentats commis ces derniers temps en France, sans citer le nom de Charlie Hebdo. Probablement un oubli.

Alors bien sûr, il est facile de gloser sur une présence, plus compliqué d’expliquer une absence. Emmanuel Macron s’est-il dit que le sujet Charlie n’était pas consensuel, par exemple ? Une chose est sûre, évoquer l’attentat de Charlie, ce n’est pas rendre hommage à un journal satirique, à ceux qui ont été assassinés, et qui hélas, n’en ont plus besoin. C’est rappeler pour les vivants que la liberté d’expression, même ici, ne relève toujours pas de l’évidence, et qu’en France aussi, il est possible d’être journaliste et d’avoir peur.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......