LE DIRECT
Theresa May s'exprimant avant le vote sur la motion de défiance à son encontre à la Chambre des communes du Parlement du Royaume-Uni, le 16/01/2019.

Le destin fascinant de Theresa May

2 min

Il y a quelque chose d’absolument fascinant dans le destin de Theresa May…

Theresa May s'exprimant avant le vote sur la motion de défiance à son encontre à la Chambre des communes du Parlement du Royaume-Uni, le 16/01/2019.
Theresa May s'exprimant avant le vote sur la motion de défiance à son encontre à la Chambre des communes du Parlement du Royaume-Uni, le 16/01/2019. Crédits : HO / PRU - AFP

Et oui Theresa May, encore et toujours première ministre britannique, figure politique de l’empêchement : empêchée d’agir et empêchée de partir, parce que les uns refusent son plan d’action, mais les mêmes n’ont absolument aucun intérêt à la voir partir.

Theresa May devient l’égal d’une figure mythologique, d’un Sisyphe poussant son rocher, et je sais bien qu’il faut s’efforcer d’imaginer Sisyphe heureux, mais précisément, Sisyphe n’est pas, ne peut pas être un animal politique. Car le politique est le domaine de l’action, action verbale, ce que l’on appelle la parole performative, action légale ou même action charismatique, mais là rien ne fonctionne, rien ne se passe, tout échoue, et Theresa May Sisyphe est condamnée à pousser son rocher chaque jour. 

Alors, elle n’est pas la seule, on peut songer à un Mahmoud Abbas, leader palestinien octogénaire cherchant depuis soixante ans, soixante ans, un accord de paix qu’il ne verra probablement pas advenir ; aux leaders kurdes imaginant encore et toujours l’avènement d’un Kurdistan réunifié. Mais, précisément, la différence entre Theresa May et Mahmoud Abbas, c’est que Theresa May est une femme politique élue par temps de paix, une femme politique se heurtant chaque jour à l’absurde, lequel est défini par Camus, dans le mythe de Sisyphe, comme la raison lucide qui constate ses limites… Que peut faire Theresa May sinon se convertir à des sagesses orientales, à la méditation, aux philosophies contemplatives, pour devenir une sorte de Bouddha inerte…

On a beaucoup parlé de cette vague populiste née avec le Brexit, prolongée avec l’élection de Donald Trump, et finalement si cette vague populiste relevait du pur et simple nihilisme : Brexit enlisé au Royaume Uni, shutdown infini aux États-Unis, une sorte de neutralisation du politique, comme si les politiques abandonnaient Machiavel pour Lao Tseu — le Tao-tö king — pour qui je le cite,  « l’absence de désir procure la quiétude, alors l’empire se rectifie de lui-même ».

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......