LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Logo de Facebook et de Cambridge Analytica

Le déterminisme selon Cambridge Analytica

2 min

En raison d’un appel à la grève émis le 22 mars par une organisation syndicale pour la défense des services publics, nous ne sommes pas en mesure de vous proposer la réécoute et le podcast de ce programme. Nous vous prions de nous en excuser.

Logo de Facebook et de Cambridge Analytica
Logo de Facebook et de Cambridge Analytica Crédits : Chesnot - Getty

En raison d’un appel à la grève émis le 22 mars par une organisation syndicale pour la défense des services publics, nous ne sommes pas en mesure de vous proposer la réécoute et le podcast de ce programme. Nous vous prions de nous en excuser.

L’algorithme ne tient pas compte de votre autonomie, et la vraie question consiste à savoir si à force de ne pas l’envisager, il contribuera à créer une race d’êtres humains non libres.

Le scandale Facebook occupe une place centrale dans la presse anglo-saxonne…

Et oui, tout le monde est en colère même l’université de Cambridge, puisque la société Cambridge Analytica utilise la confusion avec son nom. Cette société est accusée d’avoir pillé les données personnelles de millions d’utilisateurs de Facebook. 

Comment s’y prenait-elle ? Et bien en utilisant un cheval de Troie : vous remplissiez un quizz qui permettait à la société Cambridge Anatytica de s’introduire dans les ordinateurs et de savoir où vous alliez, et en quelque sorte ce que vous pensiez. 

Mais justement, lorsque l’on aura tiré au clair les responsabilités de Facebook et de Cambridge Analytica, il restera à examiner le rôle de la psychologie sociale dans ces affaires. Parce que c’est elle qui fournit aux constructeurs d’algorithme une certaine représentation de l’être humain. 

Cette conception de l’être humain utilisée par Cambridge Analytica et les équipes de Trump peut se résumer en un mot : le déterminisme. L’idée principale est la suivante : selon votre profil, vous avez une forte probabilité de voter Donald Trump, tout comme vous êtes susceptible de vouloir acheter une Audi ou d’avoir besoin d’un prothésiste dentaire. 

Dans cet univers déterministe, les mêmes causes produisent les mêmes effets, ce qui n’est pas toujours le cas dans la vie. Vous pouvez vivre en ville et voter Pèche nature et tradition, être un cadre de l’industrie pétrolière et voter écologiste… Dans ces conditions, vous n’êtes pas une exception, vous exercez juste votre liberté d’être autonome. 

Oui mais voilà, l’algorithme ne tient pas compte de votre autonomie, et la vraie question consiste maintenant à savoir si à force de ne pas l’envisager, il contribuera à créer une race d’êtres humains non libres. Jadis, Rousseau disait : « L’homme est né pour être libre et partout il est dans les fers », mais maintenant c’est pire : il n’est plus dans  les fers mais dans le silicium, celui des algorithmes.  

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......