LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un manifestant tient une pancarte "Macron arrête tes fake news" pendant la mobilisation du 19 avril 2018 à Paris

Loi contre les fake news

2 min

Je me suis fait peur à moi-même… Je me suis dit que cette définition d’une fake news était peut-être une fake news.

Un manifestant tient une pancarte "Macron arrête tes fake news" pendant la mobilisation du 19 avril 2018 à Paris
Un manifestant tient une pancarte "Macron arrête tes fake news" pendant la mobilisation du 19 avril 2018 à Paris Crédits : HELENE PARISY / CROWDSPARK - AFP

Enfin une loi sur les « fake news »…

Oui, c’est une vraie bonne nouvelle pour tous ceux dont le métier est d’informer, parce qu’on va enfin savoir ce nous n’aurons plus le droit de faire. 

Toutefois, cette bonne nouvelle fait long feu dès lors que l’on découvre la définition d’une fake news, donnée par la rapporteuse de la loi, la député LREM Naima Moutchou. Donc une fake news, ce serait, retenez votre souffle : "toute allégation ou imputation d'un fait dépourvue d'éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable". 

Oui, je sais il est tôt, et vous n’êtes probablement pas réveillés, mais moi qui suis réveillé depuis quelques heures, je vous promets que je n’ai pas la moindre « puta idea » comme on dit en espagnol, de ce qu’est un « fait dépourvu d’éléments vérifiables de nature à le rendre vraisemblable ». 

Par exemple si je dis qu’Emmanuel Macron prend ses ordres auprès d’un grand sage invisible habitant au sommet de la pyramide du Louvre, il s’agit d’un fait dépourvu d’éléments vérifiables, le sage est invisible, mais cette information peut-elle être qualifiée de vraisemblable ? 

Ou bien encore, si l’on décidait en pleine campagne électorale d’évoquer un financement occulte, donc dépourvu d’éléments vérifiables, d’un parti politique par un dictateur déchu ou pas, d’origine par exemple lybienne, cette allégation serait-elle considérée comme vraisemblable ? – Moi je ne sais pas, mais vous… 

Alors, je souhaite bien du courage aux enseignants en école de journalisme qui vont devoir enseigner ce qu’est une fake news, autrement dit apprendre à reconnaitre un «  fait dépourvu d'éléments vérifiables de nature à le rendre vraisemblable ». 

Et puis, et puis, je me suis fait peur à moi-même… Je me suis dit que cette définition d’une fake news était peut-être une fake news. Aucun élu n’aurait eu l’idée de donner une définition aussi obscure, impénétrable, d’un mensonge à visée électorale. 

Il n’y a jamais eu de loi sur les fake news, tout ceci est une gigantesque fake news, j’en ai d’ailleurs eu confirmation il y a quelques instants par le miniver. Le miniver, vous ne vous souvenez pas ? Le ministère de la Vérité !

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......